LE ROEULX UNE SAGA ENVIRONNEMENTALE AU PARFUM DE SCANDALE

Nous vous reproduisons ci-dessous un article que vous ne lirez pas dans une presse bien  complaisante avec notre majorité………

 

 

 

Le Roeulx : une saga environnementale au parfum de scandale ?

Voilà vingt ans que l’ancienne cimenterie d’Obourg (Holcim) désaffectée, mais dont les silos restent chargés de « poussières de fours et de cendres volantes »,  inquiète les élus de l’UDP (Union Démocratique et Progressiste) devenue Alternative depuis les dernières élections communales. Cette inquiétude ne s’est pas dissipée avec la cession du site à la ville du Roeulx en 2003 ; et elle s’est encore accrue lorsque la majorité de droite (le bourgmestre Benoît Friart est également député MR) a décidé de sa transformation. S’en est suivie une longue bataille livrée par les élus d’opposition qui ont fait le point, le 11 novembre dernier devant la presse.
Les élus d’Alternative, Marcel Couteau (UDP, ancien bourgmestre), Jean-Pierre Duval (UDP) et Gery Bombart (PS), ont fait le point sur l’état du dossier devant la presse. Rétroacte en quelques faits.
2003. Cession du site pour l’euro symbolique à la ville du Roeulx qui, moyennant les subsides du FEDER et de la Région wallonne le destine à une zone de loisirs et de détente.
2006. Le maître d’ouvrage, l’IDEA (Intercommunale de développement pour les régions du Borinage et du Centre) s’engage à verdurer l’espace et à l’affecter à « une zone légère de détente et de loisirs pour contribuer à améliorer l’environnement paysager des abords du Canal du Centre repris au patrimoine de l’UNESCO ». A ce jour, aucune plantation n’a été effectuée, déplorent les élus. En lieu et place, la ville a fait construire un complexe sportif et aménager un terrain de football qui pose… quelques soucis de salubrité.
La majorité décide alors de vendre certaines parcelles et réaliser de ce fait quelque opération immobilière lucrative avec le privé. Un projet de 40 maisons avec potager voit ainsi le jour. Une demande de subside pour rénovation urbaine est introduite. La demande de permis n’est pas accordée au motif que la pertinence du changement d’affectation du site (de zone de loisir en zone résidentielle) n’est pas démontrée et, motif du refus ministériel « que l’assainissement de ce site industriel n’a pas été réalisé dans la perspective d’un habitat ».
Durant cette période, les élus du groupe Alternative multiplient les démarches vers la Région wallonne pour attirer son attention sur le danger de pollution du site. Mais ce n’est qu’en 2015 qu’une étude des sols – jugée (enfin) indispensable par la Région wallonne – est décidée. Jusqu’à ce moment, la majorité avait toujours nié la pollution des terrains.
Alors que l’étude n’est pas encore réalisée, la majorité décide de vendre une autre parcelle afin d’y construire deux immeubles à appartements et une polyclinique, en dépit du caractère « protégé » de cet espace proche du canal historique du Centre.
Les élus s’interrogent aussi sur le sort des trois conducteurs de travaux de la ville chargés d’accompagner ces travaux d’aménagement : une démission, un licenciement sous de fallacieux prétextes et… un suicide. Bizarre, vous avez dit bizarre ?
2016, la majorité, qui a d’autorité changé l’affectation des terrains au profit d’un promoteur immobilier qui semble étrangement incontournable dans le paysage urbanistique régional, a
fait une nouvelle demande de subside… pour la dépollution et déclare avoir chargé un avocat de défendre les intérêts de la ville dans ce dossier pollué…
Les élus s’en réjouiraient volontiers s’ils ne constataient (au moment de la conférence de presse, qu’apparemment, Le Roeulx n’a toujours pas porté l’affaire devant les Tribunaux.
Cette longue saga, synthétisée par les élus d’Alternative, démontre l’opacité entretenue dans un dossier relevant  à la fois de la protection de l’environnement et de la santé publique lorsque des intérêts financiers, voire des conflits d’intérêts sont en jeu.
Jean-Pierre Michiels

5 réflexions au sujet de « LE ROEULX UNE SAGA ENVIRONNEMENTALE AU PARFUM DE SCANDALE »

  1. Bonjour ,
    Cette description a été placée par le CHR Haute Senne sur son site hier :
    http://www.chrhautesenne.be/fr/events/view/339/ouverture-du-centre-medical-des-ascenseurs-le-15-janvier-2018#.WjGZQd_ibIU

    N’ y a-t’ il pas un « petit hic » , suivant une expression déjà utilisée ?
    Comment cette implantation d’ envergure a-t’ elle été rendue si facile alors que n’ importe petit boucher indépendant est soumis à des démarches complexes avant de s’ installer ? Toutes les autorisations nécessaires pour les dispositifs prévus ont’ elles été réunies et publiées ?
    Je n’ ai pas trouvé mais j’ ai peut-être mal cherché !
    Cordialement ,
    ce 13-12-2017
    Lysiane Ruelle

    • Bonjour Madame Ruelle, Pour répondre à votre pertinente question, la lecture du dernier § de l’article devrait suffire à vous éclairer…Et Patience !!!!! nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises.
      Merci de votre fidélité sur notre blog

  2. Messieurs Duval et Couteau,

    Avez-vous connaissance d’une nouvelle construction du notaire Debouche à Thieu ? y-à-t-il eu permis de bâtir ? et enquête ?

    Le notaire Debouche est en travaux dans son par (des appartements !!!)

    Avez-vous vu les demandes de permis de bâtir et les enquêtes ?

    NEBULEUX !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>