Merci Monsieur le député-bourgmestre

Le gouvernement a bouclé son budget 2015, l’ébauche du budget 2016 mais surtout son tax shift ce jeudi matin.Comme il l’avait fait pour la Grèce, le Premier ministre Charles Michel a twitté tôt ce matin « Agreement ».

Le but était de réduire les charges sur le travail, et de compenser la baisse par des économies en dépenses publiques et des relèvements de fiscalité. C’est chose faite. Le montant est élevé : au total, le glissement fiscal atteint 7,2 milliards d’euros, si l’on compte les mesures de baisses de charges déjà contenues dans le budget 2015.

Voici le contenu de l’accord 

1.TVA sur l’électricité relevée

L’une des mesures les plus spectaculaires sera le relèvement de la TVA sur l’électricité. Elle passera, encore cette année, de 6 à 21 %. « Cette mesure a été prise sous le gouvernement Di Rupo. Une évaluation était prévue après deux ans. Nous y avons procédé, et cette mesure s’est avérée contre-productive. Nous l’avons donc abandonnée », dit un négociateur. La TVA repasse donc à 21 %, et la mesure commencera à s’appliquer encore cette année, selon le vœu du fédéral. En 2016, cela représente une économie de 450 millions. Pour un ménage belge consommant 3.500 kWh par an, cela représenterait une hausse de près de 100 euros, selon les chiffres du régulateur énergétique belge.

2.Taxes sur l’alcool, le tabac, le diesel et les sodas

La hausse la plus spectaculaire concerne la bouteille d’alcool fort, dont le prix va augmenter de 2,5 euros dès 2016. La bouteille de vin sera moins touchée : plus 10 centimes. Et la bière sera presque épargnée : 1 centime de plus.

Le gouvernement va aussi introduire une taxe sur les boissons sucrées, comme le Coca-Cola ou les alcopops. Son montant doit être négocié avec les secteurs concernés, en fonction de la nocivité. Un montant global de 150 millions d’euros sur trois ans a été budgété.

Le tabac va aussi être affecté : le paquet de cigarette va subir une hausse de 70 centimes. Le paquet de tabac à rouler va, lui, augmenter de 1,85 euro.

Reste le diesel. A prix du pétrole constant, la hausse au litre sera de 3,5 centimes en 2016. En 2018, la hausse aura atteint au total 10,6 centimes/litre.

3.Taxation du capital

Le précompte mobilier passera à 27% (au lieu de 25 %), tout en exemptant les livrets d’épargne et en préservant les investissements dans les PME. Le rendement de la taxe Caïman sur les constructions juridiques à l’étranger a été revu à la hausse.

La spéculation sera taxée en touchant la détention d’actions pendant moins de 6 mois, tout en intégrant les moins-values. Un nouveau régime sera également prévu pour les sociétés immobilières. Une harmonisation du précompte sur les droits d’auteurs sera mise en oeuvre. Des dividendes sont attendus par ailleurs de Belfius et de la Loterie nationale.

4.Les baisses de charges

La mesure la plus importante sera la réalisation d’un élément important de l’accord de gouvernement : la réduction des cotisations sociales de 33 à 25 %.

L’entrée en vigueur sera immédiate. Une somme de 430 millions d’euros sera en outre affectée au développement des petites et moyennes entreprises (PME). Les diminutions de charges sur les entreprises devraient représenter 900 millions d’euros. Des mesures spécifiques seront prises pour les entreprises de haute technologie.

5. Un coup de pouce au pouvoir d’achat : 100 euros pour les bas et moyens revenus

Le gouvernement se donne pour objectif d’augmenter le salaire poche des travailleurs aux bas et moyens revenus de 100 euros par mois dès l’an prochain, a insisté le premier ministre Charles Michel.

Plusieurs moyens seront utilisés pour y parvenir: une réforme des barèmes utilisés dans le calcul de l’impôt (il est question de supprimer la tranche de 30%), le bonus à l’emploi et l’augmentation de la quotité exemptée d’impôts. Puisque ces mesures peuvent avoir un impact sur le financement des entités fédérées, le gouvernement fédéral entamera un «dialogue» avec elles, tout en soulignant que les mesures seront d’application dès l’an prochain.

6. Un durcissement des conditions de prépensions

Le gouvernement devrait durcir encore les conditions de la prépension, en vue d’un démantèlement progressif. L’Etat économiserait en versant moins d’allocations de prépension.

7.Un meilleur fonctionnement de l’Etat fédéral

Des efforts importants seront fournis pour optimaliser le fonctionnement de l’appareil public dans le cadre de l’accord de gouvernement: achats groupés, meilleure perception de l’impôt ou gestion de l’immobilier. Quelque 700 millions d’euros sont attendus.

 

NDLR   Je me permets par la même occasion de vous présenter un petit échange de point de vue entre notre député-bourgmestre et une de ses lectrices sur sa page facebook.  A vous de juger !!!

JP Duval

  • Marie-claude Feuillen Monsieur Friart pouvons nous encore parler de liens quand on sait comment votre parti étrangle les petits pensionnés et les petits ouvriers ? Savez-vous qu’il existe un monde en dehors du vôtre ? Un monde qui trime tous les jours et qui n’a plus les moyens d aller boire une saint feuillien dans un bistrot ?
  • Benoît Friart Chère Madame Feuillen, Je vous remercie pour votre message. Mon but n’est pas d’entamer une polémique avec vous mais simplement de vous assurer que les mesures que le gouvernement actuel prend ont pour but de restaurer la compétitivité des industries de notre pays. Il s’en suivra un meilleur positionnement de nos entreprises au niveau européen et mondial. Cela devrait leur permettre à terme d’engager à nouveau et ainsi de faire reculer le chômage et surtout le chômage des jeunes qui est un fléau et en particulier dans notre région du Centre. Il n’y a pas d’autres moyens ni d’autres recettes pour relancer l’emploi. Le gouvernement mettra aussi en place prochainement (en septembre, à la rentrée?) le fameux tax-shift qui fait aussi partie de la déclaration gouvernementale. Il devrait permettre d’un part de diminuer encore un peu plus les charges salariales mais aussi, et c’est très important, d’augmenter le salaire net des travailleurs. Il faut en effet savoir que la Belgique est le pays où la différence entre le salaire net que le travailleur perçoit et le salaire brut qu’il coûte à l’entreprise est la plus élevée au monde. A terme, cela n’est tenable pour personne d’où cette volonté du gouvernement de mettre en place le glissement fiscal et d’améliorer ainsi le salaire poche du travailleur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>