LE ROEULX: Le déni de démocratie atteint son paroxysme par Grégory Lucas conseiller communal  » DEMAIN » sur la liste Alternative

Nous n’arrivons plus à compter le nombre de fois que les règles sont enfreintes par le bourgmestre et certains membres du collège.* En voici quelques exemples:
  1. Lors du conseil communal du 11 février, le bourgmestre a fait voter en urgence une modification du règlement d’ordre intérieur du conseil communal visant à restreindre à son strict minimum le droit de parole de l’opposition en séance. Sur le fond, je trouve cela lamentable, mais sur la forme, c’est encore pire. Cette modification a été votée au collège du 28 janvier, alors que les pièces du conseil communal nous ont été communiquées deux jours plus tard. Le bourgmestre aurait très bien pu faire passer ce point de manière tout-à-fait normale, mais il a sans doute eu peur que nous ayons le temps d’analyser son projet de délibération.
  2. Lors de ce même conseil communal, j’ai fait remarquer à Monsieur Sauvage qu’il avait fait voter l’adhésion à la charte Maya au collège, alors que c’était au conseil de prendre une telle décision. Le conseil est, en effet, l’organe législatif de la commune et le collège en est l’organe exécutif. L’échevin m’a alors fait remarquer que cela était lié à des process qu’il fallait mettre en place. Beau joueur, j’ai laissé passer sans insister. Cet avertissement n’a visiblement pas suffit. Le collège a décidé de signer la charte Maya et de la renvoyer à la Région Wallonne, toujours sans passer par l’aval du conseil communal. Visiblement, certaines personnes ont du mal à comprendre le fonctionnement des organes communaux.
  3. En date du 15 mars, la ville a inauguré un nouveau service de conseil aux indépendants. Et là, on vire carrément dans le surréalisme. La création de ce service, du budget qui y est alloué, de ses objectifs, … n’a été votée ni au conseil communal, ni même au collège. Lors de cette inauguration, le bourgmestre a vanté la rapidité avec laquelle la majorité rhodienne avait été capable de concrétiser son premier projet. “La majorité”? Mais qui est donc cette majorité? A mes yeux, il s’agit de tous élus de la liste IC. Ce n’est visiblement pas la vision de tout le monde. Qui donc a décidé seul, semble-t-il, de la création de ce service?
  4. … (On pourrait en citer d’autres, mais ce serait long, très long)
Non satisfait de toutes ces frasques anti-démocratiques, le bourgmestre a décidé d’aller encore un peu plus loin dans sa tentative de museler l’opposition. La modification du règlement d’ordre intérieur dont je parle ci-dessus concerne les questions qui sont ajoutées à l’ordre du jour (art.12 du R.O.I.**). Quand nous avons voulu poser nos questions d’actualité (art. 73 du R.O.I.), le président de séance a essayé de nous en empêcher sous prétexte de la modification préalable. Après quelques minutes d’explications et de rappels aux différents articles concernés***, le président a bien été obligé de nous laisser poser nos questions puisque le règlement nous y autorise. Le bourgmestre a alors décidé qu’il ne serait répondu à aucune question lors de cette séance, mais à la prochaine séance. Prendre un mois pour répondre à des questions d’actualité semble quelque peu incongru, mais c’est visiblement le temps qu’il faut aux personnes concernées pour préparer leur réponse.
Monsieur Friart, jusqu’où pensez-vous aller dans ce déni de démocratie? Dès notre prestation de serment, vous nous avez tiré à boulets rouges (ou bleus) dessus. Vous avez sans doute pensé que cette première salve allait mettre fin à toutes les tentatives de débat de l’opposition. Votre stratégie provoque l’effet inverse de celui escompté. Non seulement, nous n’allons pas nous arrêter, mais nous allons maintenant saisir la tutelle, à chaque fois que vous ne respecterez pas les règles.
A bon entendeur

Grégory Lucas, conseil communal Alternative

* Je félicite ceux qui réussissent à garder un peu de distance par rapport à cette
manière de fonctionner.
 * Je félicite ceux qui réussissent à garder un peu de distance par rapport à cette    
   manière de fonctionner. 
** Règlement d'ordre intérieur
*** Cette discussion était surréaliste. Le bourgmestre et le président de séance 
    n'avaient visiblement pas compris eux-mêmes la modification qu'ils avaient fait 
    voter lors de la séance précédente.

Un petit mot de l’administrateur du blog………

Chère lectrice, cher lecteur,

Jusqu’à présent notre site a toujours été ouvert à tous, et nous gardons l’anonymat de nos intervenants afin d’éviter à ceux-ci d’éventuelles pressions. ( Je ne suis pas  » complotiste » mais par expérience avec les signatures contre le déplacement du monument de Thieu, je sais qu’elles existent)

Je sais que cette source d’information dérange le pouvoir communal en place, plusieurs interventions récentes l’on démontré.

Ce qui vient de se passer avec ce bruit lancé entre le premier échevin et Jérôme Wastiau est inadmissible. J’use donc de mon rôle d’administrateur de ce blog de faire disparaître  » ces ragots peu reluisants ».

Je remercie par la même occasion l’élu Alternative Grégory Lucas de m’avoir aidé à déjouer ce que j’appelle  » ce coup bas », car c’en est un pour la crédibilité de nos informations.

Bien à vous et merci de votre confiance

 

JP Duval   Administrateur du blog UDP

LE ROEULX: Denis Ducarme refuse de donner la parole à un conseiller communal

LE ROEULX: Denis Ducarme refuse de donner la parole à un conseiller communal
Ce mardi 28/02, je me suis rendu à une conférence donnée par le Ministre Denis Ducarme au Centre Culturel du Roeulx. L’invitation postée par le premier échevin sur facebook précisait que cette soirée était ouverte à tout le monde quel que soit la couleur politique. Je m’y suis donc rendu avec un autre membre de la liste Alternative.
Après une présentation d’auto-félicitations (habituelle) des mesures prises pendant la dernière mandature, le ministre a donné la parole à la salle pour une séance de questions-réponses. De nombreux participants ont pris la parole, dont le collègue de la liste Alternative. Ayant été soigneusement évité par le porteur de micro pendant toute la séance, j’ai levé ma main quand le ministre a demandé s’il y avait une dernière question. A mon grand étonnement (positif), c’est Monsieur le Bourgmestre qui a demandé qu’on me tende le micro pour que je puisse poser mes questions. En introduction de mes questions, j’ai dit: “Je vais vous poser des questions sur la problématique climatique car, comme le sait le Bourgmestre, c’est mon dada”. Et là, Monsieur Ducarme a repris la parole en me demandant si je faisais partie du MR (Je suis la seule personne à qui il a posé cette question). Ce à quoi, je lui répondu par la négative. Il m’a alors gentiment envoyé balader en me disant que c’était une réunion MR et que je n’avais donc pas à poser de questions. Par respect pour les instances communales, je rendu le micro pour ne pas provoquer de troubles inutiles. Je commence à avoir l’habitude de ces pratiques.
Que s’est-il donc passé dans la tête du ministre? Lui a-t-on dit que je faisais partie de l’opposition et que j’étais virulent? A-t-il eu peur de parler de la problématique climatique? Je n’en sais rien et je ne vais pas me confondre en suppositions plus ou mois plausibles. Revenons-en plutôt au coeur du débat climatique!
Quand Monsieur Ducarme a parlé de l’agriculture, il a déclaré: “On aura toujours plus de problèmes climatiques”. Ma question était de savoir s’il avait déjà laissé tomber le combat avant de l’avoir commencé. Cela voudrait-t-il dire que, pour le MR, on ne va pas se battre contre le réchauffement, mais faire avec?
Il a ensuite dit que le MR se démarquait des autres partis, car il ne parlait pas de décroissance. Dans son intonation, il laissait à suggérer que c’était un atout par rapport aux autres formations politiques. J’aurais voulu lui demander s’il était au courant que le Jour du dépassement (des ressources de la planète) était passé du 30/09 au 01/08 sur la période de 1998 à 2018. Ma question plus précise était de savoir jusqu’à quelle date le Jour du dépassement devait aller pour que le MR ose commencer à parler de décroissance. Les ressources de la planète ne sont pas infinies. La majorité des citoyens l’a bien compris, mais il semble que, chez certains hommes politiques, la pièce ne soit pas encore tombée.
Ensuite, il a dit, en parlant de la transition énergétique, que ce n’était pas aux citoyens de payer pour celle-ci. J’étais prêt à applaudir des deux mains, mais il a aussi vite enchaîné en disant que ce n’était pas non plus aux entreprises à payer. Ok, mais qui va payer alors? Les politiques pour leur total déni de la problématique? J’ai des doutes, vraiment beaucoup de doutes.
Et pour terminer, cette soirée en beauté, en sortant de la salle, nous sommes passés devant la voiture du ministre dont le moteur tournait allègrement, sans doute pour que le ministre y soit bien au chaud en quittant la salle. Donc le gouvernement fait voter de nouvelles sanctions pour interdire ce comportement, mais oublie de se l’appliquer à lui-même. Ha, oui, mais … les nouvelles sanctions ne sont d’application qu’à partir d’aujourd’hui. Peut-être que le chauffeur du ministre profitait de cette dernière occasion de nous enfumer avec la berline de Monsieur Ducarme.
En conclusion, comme tous les participants à la soirée, je remercie Monsieur Ducarme d’être venu, mais sans doute pas pour les mêmes raisons. Il nous a fait un bel étalage de ce qu’était la liberté d’expression, l’ouverture d’esprit et la vision du débat démocratique au MR.
Merci, Monsieur le Ministre.

Grégory Lucas, conseil communal Alternative au Roeulx.