Lorsque les mots perdent leur sens…..

Publié le par

 

Si les mots ont un sens, leur mauvaise utilisation peut nuire gravement à la démocratie. La manipulation du langage est une constante de tous les régimes totalitaires. Cela leur permet de changer le monde à leur avantage. Aucun mot n’est anodin, surtout utilisé par des spécialistes en communication. Il y a les classiques comme « la guerre propre » ou « la moto verte ». A l’internationale, lorsque l’armée américaine ou israélienne bombarde par exemple toute une population, il s’agit, d’une simple « incursion », ou une d’une « frappe préventive », les victimes civiles sont, elles, des « dommages collatéraux ». La résistance palestinienne ou irakienne est réduite au rang de « terrorisme », et la critique d’Israël devient un acte d’ « antisémitisme ». Mais cette nouvelle fraude des mots est utilisée quotidiennement pour nous façonner et nous faire accepter le système tel qu’il est.

Pour faire croire que dans une entreprise tout le monde est logé à la même enseigne, on ne parle plus de salariés mais de : «collaborateurs». Bien sûr parfois il arrive que l’on soit obligé de se séparer de ses collaborateurs, lorsque par exemple les actionnaires demandent plus de dividendes, pardon, lorsque que l’on veut consolider l’entreprise pour lui permettre d’affronter la concurrence. On licencie moins (bien), mais on restructure plus ! Les «restructurations» sont obligatoires pour faire face aux défis de notre temps : c’est à dire une meilleure exploitation des salariés. On se sépare donc d’une partie de ses collaborateurs, et pour ceux qui restent on négocie «la flexibilité», que l’on peut traduire par la mise à la disposition de l’employeur, ce que l’on appelait autrefois exploitation patronale. Bien sûr si une entreprise est obligé d’organiser un licenciement collectif, c’est pour le bien être des salariés, c’est pourquoi l’on parle de « plan de sauvegarde de l’emploi »!

Il faut aussi améliorer la «communication», c’est à dire intensifier la propagande du Medef via le gouvernement et les différents médias pour baisser «les charges patronales», autrefois dénommées cotisations sociales patronales. Faire comprendre aux salariés que leurs «acquis sociaux» doivent être supprimés pour faire face aux difficultés de l’entreprise et affronter la mondialisation. En clair pour rémunérer grassement les actionnaires avec des stocks options, des bonus et des parachutes dorés.

Répéter inlassablement que les caisses sont vides que «l’état providence» ne peut pas tout. Mais peut-être devrions nous plutôt parler d’état re-distributeur, ce qui sous-entend que s’il y a redistribution c’est qu’au départ il y a des inégalités. Et l’on retombe sur l’épineux problème du partage des richesses. Et comme la redistribution ne se fait que dans un sens, il faut en conclure que la providence ne se fait que pour une poignée de privilégiés proches du pouvoir, pour lesquels les caisses ne sont jamais vides !

Pour faire avancer le pays nos gouvernants parlent constamment de «réforme de l’état», que l’on peut traduire par destruction des services publics. Ceci dans le but de brader la santé, l’éducation, l’énergie … aux entreprises des amis choisis par le pouvoir. Ces entreprises auront des collaborateurs, et pour améliorer la rentabilité on effectuera des restructurations. La baisse des charges et la flexibilité ne suffisant pas, l’Etat providence, qui fonctionne très bien pour eux, viendra à leur secours, et le contribuable mettra la main à la poche. En bref, le public finance le privé, mais chut … il ne faut utiliser que le politiquement correct, aussi il est préférable de dire que ce sont les fonctionnaires qui coutent cher à l’état !

Il faut sortir le pays de «l’immobilisme», attention ne pas croire que l’on parle de ces familles qui sont aux affaires depuis des générations. Non, on parle de ces millions de travailleurs qui après de difficiles luttes ont réussi à améliorer leurs conditions. Cela n’a jamais plu à une droite revancharde. D’ailleurs attention, la police ne cogne pas sur les manifestants, elle intervient seulement de manière « musclé ». De même, les grévistes qui s’opposent aux « réformes » font preuve de « crispation », et tout le monde sait que la grève est une « prise d’otages », quant aux brèves séquestrations de patrons cela s’appelle des « violences », voire des « actes terroristes »… et bien sûr, la violence des licenciement est légitime car elle s’inscrit dans la loi voulu et voté par … le Medef, pour le bien de tous !

Après toutes ces réformes vous avez de grandes chances de vous retrouver au chômage, c’est à dire en «période d’inactivité». Et là vous risquez de culpabiliser car qui dit inactif dit un peu fainéant. Mais le bon côté de la chose, c’est que même si vous êtes au fond du trou, que vous devenez un déchet, sachez que maintenant avec le parler écologique on «valorise les déchets». Evidemment, certain « irréalistes » ou « irresponsables », vont vous dire qu’il existe des alternatives à l’orthodoxie économique ou politique, mais vous savez que ce n’est pas vrai et de vous-même vous les qualifierez de « bisounours », d’ »utopistes, ou alors de … gauchistes !

«Lorsque les mots perdent leurs sens, les gens perdent leur liberté»………CONFUCIUS

 

Compte-rendu du Conseil communal du 14 décembre 2015 par Marcel Couteau et Jean-Pierre Duval

Les points les plus importants de ce conseil ont été la présentation de:

MB 2015 et Budget de la R.C.A.

Budget 2016 du CPAS

Budget 2016 de la Ville

A remarquer qu’on nous présente 3 budgets à cette séance, alors que l’on aurait déjà pu abordé le budget du CPAS lors de la très courte séance précédente. !

Ce que nous pouvons confirmer à la lecture de ce budget de la Ville, c’est que, bonne nouvelle pour certains, Le Roeulx restera en 2016 une Ville festive où la St Feuillen coulera encore à flots !!!!! Les dépenses prévues en frais de réception se chiffreront pour 2016 à 33.000Euros.  Là, aucune restriction de prévue…..

A votre Santé Mesdames et Messieurs !!!!

Régie Communale Autonome (RCA)

MB 2015 :  Le subside communal ordinaire pour 2015 passe de 135.783,20 € à 141.475,11 €.  Le budget ordinaire pour  2015 se résume donc à 321.350 € de dépenses,  144.143 € de recettes avec un solde 2014 de 35.730 €

Budget RCA 2016

Prévision de dépenses : 327.098 €

Estimation de recettes : 209.145 €     Subside communal 117.952 €

Nous nous étonnons que face à certaines dépenses inscrites , nous ne trouvons aucunes recettes alors que parmi certaines de ces activités il y a des rentrées financières ?

Nous aurions également souhaité connaître le nombre de clubs de l’Entité  qui fréquente les installations de la Salle omnisports. Nous posons également la question de savoir si c’est le budget de la RCA qu’on  nous présente ou celui de la Salle omnisports ?

Qui est réellement le trésorier de la RCA  ? En effet, selon les règles concernant la comptabilité de la RCA, celles-ci stipulent «  Sa comptabilité est tenue par un membre du personnel communal au moyen d’un logiciel agréé sous la direction du receveur communal qui est également trésorier de la régie. Ce dernier est nommé par le conseil d’administration »

Pour seule réponse, on nous dira : par des personnes extérieures !!!!

Nous n’approuvons pas ces deux points.

Budget du CPAS.

Pour nous, ce budget est plus que jamais important.

Important tant par la paupérisation grandissante que par d’autres problèmes sociétaux tels le vieillissement de la population, la modification de la pyramide de l’âge…etc, que par son montant :  6.724.000€ avec une subvention communale pour 2016 de 889.440 € soit 13,7% des recettes du CPAS. A noter qu’en 2008 on était à 17,6 %, 17,74% en 2010 et certaines années l’intervention variait entre 18 et 19 %

La subvention communale devait être plus importante. Conséquence de ce manque de subvention, le CPAS a du prélever 220.000€ dans son fonds de réserve ordinaire, avec pour conséquence que celui-ci chute maintenant à 25.000 €

Par cette façon de procéder du Collège, nous nous dirigeons vers des difficultés à court terme !! Pour seule réponse le bourgmestre Friart nous dira  » qu’il sera encore temps de voir » !!! Il est pourtant intéressant de rappeler que ce fonds de réserve ordinaire avait été alimenté par les bonis successifs aux comptes du CPAS. Or  le dernier boni à ce compte date de l’année 2012, où il s’élevait à 54.290 €.

Depuis 2013, il est en mali 67.944 € en 2013,  68.542 € en 2014, et une prévision de 157.025 € au compte 2015. Ce qui signifie que depuis 2013 le fonds de réserve n’est plus alimenté, pire encore, on prélève sans cesse…..

Nous sommes, comme nous le déclarions au Conseil, devant une politique qui va aboutir à asphyxier les finances du CPAS.  Au Roeulx,  c’est l’ultra-libéralisme qui prévaut.

A quand un réveil des véritables démocrates-chrétiens du Roeulx ?  Du moins s’il en reste !!!

Dans ce budget, soulignons qu’en politique sociale, l’inscription budgétaire pour les revenus d’intégration sociale est de 620.000€ contre 560.000 € au budget 2015 et 451.801 € au compte 2014.  A comparer avec les 200.000€ de l’année 2006.

La politique d’exclusion du chômage, votée par le député-bourgmestre Friart s’inscrit dans ces chiffres, et ce malgré qu’une moitié de cette somme, soit 310.000€, est récupérée auprès du fédéral.

Il est tout aussi intéressant de souligner, qu’avant son élection au Parlement, Benoit Friart avait voté avec nous une motion contre l’exclusion des chômeurs, vu les charges nouvelles au CPAS. Mais c’était AVANT…….

On peut dire également sur base des chiffres, que les dépenses en matière de première urgence sont de plus en plus limites.

Prenons pour exemple : Aide sociale en espèces : prévision 2016  12.500 €   Dépensé au compte 2014 :  7.545 €  Au compte 2004, nous étions à 11.832 €

Dans ces dépenses, le CPAS  est de plus en plus parcimonieux. Dommage qu’il n’en est pas de même pour certaines dépenses communales

Maison de repos et de soins (MRS)

Nous avons au Roeulx une magnifique maison de repos et de soins. Hélas on oublie bien trop souvent que de cette maison, on n’en voulait pas.

Heureusement, que grâce au réveil de l’opinion publique et l’aide précieuse de l’ancien Ministre Willy Taminaux, qui ont pu persuader les autorités communales de l’époque,  nous l’avons. Et dire que dans  les premiers pensionnaires on trouvait les plus ardents opposés à sa construction………

Au budget 2016, les dépenses prévues pour cette MRS sont de 2.586.002 € avec une recette de 2.578.487 € soit un mali de 7.515 €

Notons qu’au départ la répartition des lits était de 30 lit en maison de retraite et soins et de 25 lits en maison de retraite.. Il faut savoir que plus l’handicap est lourd, plus la subvention est importante. C’est la raison pour laquelle on a aujourd’hui une modification importante de cette répartition, à savoir  38 lits en MRS et une nouvelle demande pour 5 lits en MRS  est introduite pour 2016, ce qui nous donnera 43 lits en MRS et 12 lits pour les personnes valides.

La charge de travail pour un lit en MRS est bien plus importante pour le personnel. On frôle le burn-out.

Notre groupe s’abstiendra sur le budget ordinaire et votera pour l’extraordinaire.

FINANCES

Réactualisation du plan de convergence 2015 suite au budget 2016.

On constate que les prévisions 2016 pour les dépenses de transfert ( CPAS, Police, Pompiers) sont en diminution : de 3.073.561€ en 2015 on passe à  3.006.127 € en 2017

Les dépenses de personnel passent de 3.020.267 € en 2015 à 2.888.657 € en 2017

Nous aurons ainsi un boni à l’exercice propre qui passera de 64.309 € en 2015 à 323.674,09 € en 2017

Ce qui nous fait craindre une diminution dans les transferts ( dépenses sociales) et encore une diminution dans le personnel communal.

Nous votons contre.

Dotation à la zone de secours et à la zone de police.

Zone de secours : 540.948 €   Nous votons pour

Zone de police: 746.905 €  Nous nous abstenons.

Octroi de subside ordinaire à la RCA

On demande un montant de 117.476 € pour 2016. Ce qui nous donnera depuis 2010 un subside à l’ordinaire de 931.771,87 €

Octroi de subside extraordinaire à la RCA

Un montant de 41.500 € est demandé pour 2016, ce qui nous donnera à ce jour un montant total de 3.764.483,70 € moins un remboursement de la RCA de 524.918 €, ce qui se solde par un montant de 3.239.565 €

Notons que ces chiffres sont établis sur base de nos documents, vu que ces informations ne nous sont jamais communiquées.

Il est bien évident que ces subventions influencent fortement les budgets communaux et notre fiscalité communale. Quand on nous racontait que  » cela ne coûterait rien » !!!!!!!!  Bien belle formule, mais hélas !!

Octroi de subsides aux associations folkloriques pour 2016

Montant total 10.000€   Compte 2014  9.700 €

2016 subsides associations folkloriques

Octroi de subsides aux groupements et associations sportives pour 2016

Montant total alloué 14.900 €   Inscription budgétaire  15.350 €    Compte 2014  7.950 €.

Notons également qu’il faut ajouter à ce montant une prévision de dépenses de 2.400 € sous l’intitulé   » cotisations diverses associations sportives »    Au compte 2014, cette somme était de 908,20 €

subsides associations sportives

Nous nous abstenons. Pourquoi ?

Nous n’avons rien en principe contre ces subsides, si ce n’est que nous souhaitons être informés, comme le prévoit les directives de la Région wallonne, sur l’utilisation de ceux-ci et le fonctionnement de l’organisation. Hélas encore une fois au Roeulx c’est le flou le plus complet.

Nous n’oublions pas la suppression de l’intervention communale pour l’accès des enfants à la piscine, pénalisant surtout les enfants des familles les plus modestes

Il y a également dans certaines de ces activités subsidiées des rentrées financières parfois importantes, ces activités reçoivent également une aide matérielle, en personnel et des locaux communaux, ainsi que la salle omni-sports. C’est ainsi que nous voyons des augmentations de subsides conséquentes.  AC Le Roeulx  +7.000€ ( 11.000€ au total), Boxing club +250€ ( 1.000€) Beach volley +200€ ( 400€).

Nous ne contestons pas l’utilité de ces subsides, ils sont nécessaires, leur but est louable, mais nous voulons voir clair. Certains ont peut-être trop et d’autres trop peu !!

Budget 2016 de la Ville.

Nous avons pris la peine de comparer les prévisions budgétaires 2016 avec celles du budget 2006, juste avant l’arrivée au pouvoir du député-bourgmestre Friart. Les chiffres cités sont issus des annexes et des budgets.

Population : + 864 habitants par rapport à 2006

Enseignement communal: – 15 élèves, avec une population en augmentation !!

Personnel communal :  – 21 emplois   de 71 équivalents temps plein en 2006, nous retombons à 50 équivalents temps plein

Notons aussi que les statutaires passent de 30 en 2006 à 25,2 en 2016

Au niveau fiscalité, les centimes additionnels au précompte immobilier sont passés de 2600 en 2006 à 2700 en 2016 et l’impôt des personnes physiques passe de 7,7 % à 8,5% en 2016.

Les autres impôts communaux quant à eux ont fortement augmentés, contrairement à ce que crie haut et fort notre député-bourgmestre Friart. Nous avons fait le relevé de ces taxes et redevances communales hors additionnels et compléments régionaux. C’est ainsi que nous voyons :

Une prévision de recettes de 992.249,6 € pour 2016 contre 585.403,80 € en 2006.

Le bourgmestre nous rétorquera que c’est du à une augmentation de la population.

992.249,6 €/ 8.442 habitants = 117,53 €/:habitant en 2016

585.403,80 €/7.978 habitants = 73,37 €/habitant en 2006

Cette rage taxatoire, au niveau communal, touche l’ensemble de la population, quel que soit le revenu. Certains échappent à cette rage taxatoire :

Les banques : prévision 2016  4.600 € de taxes. Là, pas question de taxer au maximum permis. En 2006, la perception était de 3.200 €. Sans oublier de citer qu’après de multiples interventions de notre part, le conseil communal avait décidé d’étendre, comme le permet les directives de la R.W., le champ d’application à tous les organismes financiers ayant pignon sur rue, et dont la plupart ne sont pas domiciliés dans la commune ( Assurances, prêts hypothécaires….)

Il est vrai que cette taxe toucherait surtout la clientèle électorale du bourgmestre MR Benoit Friart.

Force motrice

De 42.128€ en 2006, la prévision au budget 2016 n’est plus que de 27.900 € !!

Et l’on pourrait citer bien d’autres exemples de taxations à 2 vitesses exercée par le MR, avec le silence et le suivisme complice du CdH.

Récemment, l’Echo de la Bourse, qui n’a pourtant pas la réputation d’être un journal de gauche !, titrait : «  Les ménages passent à la caisse…La pression fiscale s’est déplacée des usines vers les ménages… »  Et forcément vers les communes et leurs administrés.

C’est ainsi qu’au lendemain des fusions de communes en 1976, la subvention du fonds des communes dans les recettes de la Ville du Roeulx représentait 33 %, et une moyenne de 30% pour l’ensemble des communes wallonnes.

En 2016, elle ne représente plus que 18,04 % pour le Roeulx.

Sont en diminution en %tage dans les recettes communales:

Le fonds des communes  19,8 % en 2006 contre 18,04 % en 2016

Les additionnels au précompte immobilier  20,68 %en 2006, 18,9 en 2016

Les additionnels automobiles 1,47 % en 2006 contre 1,2% en 2016

Sont en augmentation en %tage

Les additionnels aux personnes physiques  30,93% en 2006 contre 31,35% en 2016

Les taxes et redevances communales  9,9 % en 2006 contre 11% en 2016.

Rappelons également qu’en ce qui concerne les additionnels aux personnes physiques, qui représentent 31% des recettes de la Ville, certains n’apportent pas leur contribution dans cette rentrée financière importante.

Nous citerons les professions libérales ou les indépendants qui se sont constitués en SPRLU, suite à la réforme fiscale de 1984. Certes, ils sont soumis à l’imposition des sociétés, mais ce qui leur est nettement plus favorable.

Bien sûr le législateur a créé une panoplie de taxes pour rectifier le tir et rétablir une certaine justice fiscale tentant à relativiser ces privilèges. Mais au Roeulx, pas question de l’appliquer !!. Certains membres du Collège sont parmi ceux-là !

A propos de la privatisation du service de nettoyage

La majorité MR -CdH , ses membres  » asexués politiques » (Formule, Wastiau Fils), ses soi-disants socialistes de pacotille ( Stiévenaert) ont donc remercié 6 techniciennes de surface sur 7, en invoquant une raison d’économie financière.

Qu’en est-il ? Voyons les chiffres repris au budget 2016.

Une dépense prévue pour la firme privée de 100.000€  Article 121/12315  plus le traitement, pécule de vacances et cotisations patronales pour la personne restante, soit 26.135,3 €. Total pour ce service : 126.135,3 €.

Or au compte communal 2014, le service de nettoyage a coûté à la Ville 108.639 €, comprenant rémunération, pécules de vacances, cotisations patronales

Cela coûte donc plus cher à la Ville, et sur le plan social et humain on supprime 6 emplois occupés par des personnes de l’entité où elles payent leurs taxes ! De plus, au stade actuel, pour un service qui laisse à désirer,  Là aussi apparaît la conception de la politique Ultra-Libérale.

Bien sûr dans ce budget 2016 nous avons déjà soulevé certaines dépenses qui se portent bien, voire même très bien. Le budget pour réception-cérémonie-fête…….Bref, tout ce qui fait fonctionner la pompe à bière………

Education populaire et arts

Nous avons là aussi comparé les prévisions 2016 par rapport à l’année 2006, avec l’accès au pouvoir de Benoit Friart.

En dépenses de fonctionnement on passe de 85.185€ en 2006 à  154.613 € en 2016

En dépenses de transfert : 91.124 € en 2006259.791€ en 2016  dont 117.952 € pour la RCA

La dette, càd les amortissements et les intérêts des emprunts: de 92.728 € en 2006, on passe à 258.136 € en 2016 dont nous présumons 45.634 € pour intérêts d’emprunt. et 89.090,44 € en amortissements pour la RCA ( soit 134.724 €).

En résumé, pour ces 3 postes, hors personnel, nous arrivons à une prévision de dépenses de 672.540 € en 2016 contre 269.037 € en 2006

Il est évident que nous avons voté contre ce budget à l’ordinaire.

Il implique: de nouvelles réduction de personnel

des statuts précaires

privatisation des services communaux

charges fiscales de plus en plus nombreuse

préservation des plus nantis

Nous nous abstenons pour le budget extraordinaire, car, nous sommes d’accord sur certaines dépenses mais pas sur d’autres.

Prochain conseil le 1er février 2016