Privatisation du nettoyage des écoles communales.

 

Non, « l’UDP n’est pas muette à ce sujet » ;

Il faut relire notre contribution sur cette question sur le blog en date du 18 juin 2015, et nos interventions lors des conseils communaux.

 En 2007 déjà, fraîchement élu B. Friart avait envisagé de passer au privé le service de nettoyage. Le personnel ayant été averti et comme il se  trouvait à l’époque parmi celui-ci  deux personnes proches du bourgmestre ( dont l’épouse du conseiller communal IC Jacques Thumulaire), le Collège avait reculé.

Actuellement, ces deux personnes étant pensionnées, il revient avec sa privatisation partielle de ce service pour le 1er septembre 2015.

Nous avons publié le coût actuel de ce service sur base du compte communal 2014, nous avons cité ces chiffres aux Conseils communaux, soit un coût total pour l’année 2014 de 72.944€, comprenant les rémunérations, pécules de vacances et les cotisations patronales, alors que l’estimation de la privatisation au 27/05/2013 s’élève à 115.000€. Alors quoi!

A noter lors du Conseil communal de ce 1er juillet, une dépense de fonctionnement de 30.000€ est prévue à la M.B n°1 pour couvrir la dépense à partir de septembre 2015 à payer à la firme privée.

Soit pour une année 4×30.000€=120.000€

Qui gagne? Qui perd?

Pas question de faire un dessin!

Il en est de même avec la privatisation en partie des entretiens des espaces verts de la Ville.

Au niveau communal, aussi ce sont les recettes du libéralisme qui s’appliquent avec la complaisance de ceux que l’on amuse. Nous déplorons cette  façon d’agir, d’autant plus qu’elle est  doublement intéressée par notre brasseur de bière et d’affaires.

A quant une prise de conscience populaire ?

 

Zone bleue

 

Pour la place de l’Eglise, certains obtiennent des cartes de stationnement : les locataires des appartements de la rue Grande de Mr Friart IMMO-CORRIB.

Il serait judicieux, que les propriétaires de voitures de la rue Grande et autres, fassent  la démarche auprès de l’Administration communale pour obtenir cette carte.

« Tous les Belges sont égaux devant la loi »

Sauf au Roeulx.

Nous interrogerons le Bourgmestre à ce sujet au prochain conseil communal qui aura lieu ce 31 août à 19h30

.

NB: Ce serait déjà une démarche citoyenne si le public était plus nombreux aux  séances publiques des Conseils communaux.

 

Marcel Couteau  et  JP Duval

De la spéculation foncière, à la privatisation des Services public communaux

 

Mon article de ce 18 juin 2015 sur notre blog a engendré,  du fait que la maison de feu ses parents avait été citée, la réaction d’une de leur fille.

Cette partie incriminée, n’était pas l’élément essentiel de mes propos. Il est évident que j’aurais dû peut-être m’en passer et ne pas faire d’amalgame.

En effet, il y a une fameuse différence entre la situation de cette dame et  les véritables spéculateurs que sont le Député-Bourgmestre B. Friart et les Wasteels-Baïo qui sévissent dans l’Entité.

Elle ne joue pas dans cette catégorie

A noter que le Collège Communal à changé à plusieurs reprises de position sur ce permis de bâtir.Je crois savoir qu’il y a eu une première demande, avec un refus du Collège. Ensuite, une seconde demande a été examinée par le Collège en date du 15/10/2014, impliquant la construction d’appartements et de deux maisons. Le Collège Communal à remis un avis favorable a condition de supprimer la construction des deux maisons.Il semble que ces deux demandes ont étés effectués par des personnes différentes? Est-cela qui aurait motivé des réponses  différentes  de la part du collège ?

 Suite à la pétition le Collège a transmis à la Région un avis négatif sur ce projet.

 

Pétition, donc je ne suis pas à la base mais que j’ai signé, tout en regrettant, que l’on n’ ait pas agi de même  pour la sauvegarde du café des Amis réunis (coin de la Renardise et Chaussée de Mons), ni pour le café de feu Berthe Jacques, ni pour le château de feu Mademoiselle Cuvelier (Faubourg de Binche).

Il est vrai, que ces deux cafés transformés en appartements sont l’œuvre du Député-Bourgmestre-Brasseur et aux affaires avec sa société Immo-Corrib, et pour ce qui concerne la démolition du château, c’est l’œuvre du couple Wasteels-Baïo.

Baïo ayant introduit le projet repris ensuite par Wasteels, qui avait déjà construit des appartements en contrebas des prochaines constructions.

Et je m’interroge, aussi, sur le sort des parkings, dont certains sont à vendre, et d’autres obstrués par des blocs en béton.

 

C’est quoi cela?

Pour ces spéculateurs, c’est le pognon qui compte pour eux. Ils n’ont que faire des problèmes de mobilité et des autres nuisances environnementales, cela est pour les autres.

La nature fait partie de notre environnement mais aussi le bâti. Il faut pour des arbres remarquables un permis pour les abattre, pas pour le bâti? Sauf les bâtiments classés.

Certes toutes les maisons ne sont pas classées, cela n’empêche pas que certaines ont leurs charmes, leurs histoires.

Le trafic, les problèmes de parking, la mobilité dans la cité, cela  fait aussi partie de notre environnement mais  les spéculateurs fonciers Friart-Wasteels-Baïo s’en foutent, les nuisances sont pour la collectivité.

Sans intervention citoyenne, B. Friart et ses copains ont les mains libres pour agir, aux détriments des intérêts de la population.

 

Marcel Couteau