UNE LUEUR D’ESPOIR ??

Les électeurs grecs près d’un tournant anti-austéritaire

nouvelles du progrès,grèce,élections,syrizaBruno Odent  extrait de l’Humanité

Le gouvernement Samaras a échoué à faire élire, hier, le président de la République hellénique par
le Parlement. Les élections législatives anticipées, convoquées pour le 25 janvier prochain, pour lesquelles Syriza part favori, ouvrent une porte vers une autre politique pour la Grèce et toute la zone euro.

Aussitôt connu le résultat du troisième tour du vote de la Vouli (le Parlement) pour désigner le président de la République grecque, le premier ministre, Antonis Samaras, a annoncé, hier, la convocation d’un scrutin législatif anticipé dès le 25 janvier prochain. L’échec au Parlement de cette sorte de pouvoir d’union nationale que constitue l’alliance entre les conservateurs de la Nouvelle Démocratie (ND) et les socialistes du Pasok, révèle en fait une autre débâcle, celle des politiques austéritaires mises en œuvre ces dernières années sur des recommandations très particulières – car n’admettant aucune discussion — par la troïka (Union européenne, Banque centrale européenne et FMI).

Ces bailleurs ne se sont engagés à prêter quelque 240 milliards d’euros à l’État grec surendetté – à l’origine, on s’en souvient, essentiellement à cause des répliques du séisme provoqué par le krach financier mondial de 2007-2008 – que pour exiger de lui des coupes à la hache dans les dépenses publiques ou les salaires et la privatisation de son patrimoine le plus précieux jusqu’à certains de ses rivages enchanteurs. Résultat : en l’espace de trois ans, la Grèce a connu une incroyable régression avec un cortège de souffrances sociales que ses habitants pensaient définitivement attachées à d’autres temps.

Selon une étude officielle, le salaire moyen dans le secteur privé est passé de 1 000 euros net par mois en 2009 avant le début de la crise à 817 euros en 2013, soit une ponction moyenne de 20 % sur les rémunérations. Et cela pour les salariés qui ont eu la chance de ne pas venir allonger les files de chômeurs devant les agences pour l’emploi. Ils sont aujourd’hui plus de 25 %. Et parmi eux figure plus de la moitié (52 %) de la population la plus jeune (les moins de vingt-cinq ans). Les témoignages sur l’état déliquescent des services publics les plus essentiels, comme les hôpitaux ou les écoles, s’accumulent. D’où un désespoir qui pousse de plus en plus de jeunes Grecs, souvent parmi les mieux qualifiés, sur les routes de l’émigration vers l’Allemagne, l’Europe du Nord ou les États-Unis. Alors que les inégalités se creusent, que les plus riches placent leur argent sous d’autres cieux souvent européens, que les meilleurs morceaux de l’ex-secteur public sont captés par des multinationales à base allemande ou française, le tissu économique local reste, dans son ensemble, enfermé dans d’inextricables difficultés. Et la dette publique continue d’exploser, atteignant aujourd’hui quelque 175 % du PIB.

Antonis Samaras compte encore monter le ton sur le risque de chaos

Tout porterait donc à faire au moins amende honorable avec les « purges » imposées. À Bruxelles, Berlin et Paris, on n’en démord pourtant pas. « Le pays est sur la bonne voie », est venu, on s’en souvient, marteler à Athènes Pierre Moscovici, commissaire européen et ex-ministre français de l’Économie, quelques jours avant le scrutin présidentiel, dans l’espoir sans doute d’infléchir un résultat qui donnait déjà des sueurs froides aux gardiens de l’ordo-libéralisme européen. Bien que le scénario ait été déjà largement anticipé, les marchés financiers auxquels est si dévoué cet « ordre » libéral n’ont guère apprécié évidemment la perspective d’une victoire de Syriza. La Bourse d’Athènes a décroché de plus de 10 % au moment de l’annonce des législatives anticipées. Et les autres places financières ont été très fébriles tout au long de la journée. Ces mêmes marchés ont fait donner leurs bazookas électoraux : les taux d’intérêt des bons du Trésor grecs à dix ans ont grimpé à 9,55 %, contre 8,5 % la semaine dernière.

Quant au FMI, il n’a pas hésité à aussitôt s’immiscer grossièrement dans le vote grec en déclarant qu’il suspendait « son aide » à Athènes « jusqu’à la constitution d’un nouveau gouvernement ». Au diapason, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, a fait part de ses « profondes réserves » à l’idée d’une arrivée au pouvoir de Syriza. Et Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances allemand, y est allé de sa mise en garde. « Les difficiles réformes (engagées par Athènes) ont porté leurs fruits », a-t-il martelé, avant d’ajouter sur un ton péremptoire : « Elles sont sans aucune alternative. (…)

Les nouvelles élections ne changent rien aux accords passés avec le gouvernement grec. » Le premier ministre sortant, Antonis Samaras, qui compte d’évidence monter encore le ton sur le risque de chaos que ferait courir au pays un succès de Syriza, sait ainsi combien il pourra bénéficier de l’appui de ses « partenaires » et des marchés pour dramatiser à souhait la courte campagne qui s’engage. Si les propositions de Tsipras sont présentées souvent comme autant de sacrilèges, elles se bornent pour l’heure à avancer un « allégement négocié de la dette » assorti d’un « plan de relance » avec un maintien du pays dans l’euro, soit une feuille de route de facture plutôt classique et donc ouverte au débat européen. Mais on ne veut pas en entendre parler à Bruxelles et dans les capitales européennes, tant on craint l’ouverture d’une brèche politique majeure. Tant l’exemple grec pourrait s’avérer contagieux.

C’est toute l’Europe 
qui est à la croisée des chemins

« Nous sommes tous grecs », avions-nous lancé ici même début 2011, au lendemain de l’annonce de la première salve d’austérité ordonnée au pays. La réflexion vaut encore davantage aujourd’hui. C’est toute l’Europe en effet qui est à la croisée des chemins, sommée de choisir. Ou bien avec le peuple grec, les autres peuples de la zone euro résistent et parviennent à imposer un changement de pied radical, ou bien les politiques austéritaires finiront par démanteler l’Europe elle-même. Au moment pourtant où coopération et solidarité européennes apparaissent plus indispensables que jamais.

 

 

Ca s’est passé près de chez-vous !!!!!

ET AU ROEULX   Y EN A T-IL QUI AURAIT CETTE CLAIRVOYANCE ???  (ndlr)

Sambreville: dégoûté par l’alliance du MR avec la N-VA, Philippe Kerbusch (MR) quitte son parti!

Rédaction en ligne

Au conseil communal de Sambreville ce lundi soir, Philippe Kerbusch a annoncé qu’il quittait le MR. La raison ? Il n’a pas digéré l’alliance de son parti avec la N-VA pour former un gouvernement fédéral. Le conseiller communal siégera désormais comme indépendant.

<br /><br />
Philippe Kerbusch, que l’on voit ici a droite, a quitté le MR.<br /><br />
LG
Philippe Kerbusch, que l’on voit ici a droite, a quitté le MR.

Au tournant des années 2000, Philippe Kerbusch, aujourd’hui conseiller communal à Sambreville, avait rejoint les rangs du MR.

«  Lorsque nous avons dû choisir un nouveau Président pour notre Mouvement, j’ai soutenu M. Charles Michel car j’ai pensé que le fils suivrait les traces de son père. Avec la mise en place d’une « suédoise » au gouvernement fédéral, notre Président a franchi une ligne que même M. Louis Michel a désavouée au Parlement européen. Je suis la ligne de ce dernier lorsqu’il dit que Le Libéralisme est incompatible avec le nationalisme  », a-t-il déclaré dans un communiqué.

«  Mes convictions sont par trop heurtées de voir se mettre en place un tel gouvernement, ce qui pour tout réel libéral doit s’apparenter à un déchirement voire une trahison. Je suis attaché à la Belgique pour concevoir une alliance avec un parti dont le premier article est la mise à mort de mon pays  », continue le conseiller. «  En tant que chef de groupe du MR à Sambreville et considérant la réalité socio-économique locale, je ne pourrais que me retrouver en porte à faux vis-à-vis de mes convictions personnelles de progrès face aux premières mesures du gouvernement et qui vont frapper encore plus durement une région qui souffre déjà beaucoup trop injustement  »

Philippe Kerbusch a donc quitté le MR. Lorsqu’il reviendra à la prochaine séance du conseil, il siégera comme conseiller indépendant.

Faites de lanouvellegazette.be la page d’accueil de votre navigateur. C’est facile. Cliquez-ici.

LU POUR VOUS par Marcel Couteau

MENTEZ, MENTEZ……..IL EN RESTE TOUJOURS QUELQUE CHOSE ,

Si je ne m’abuse, cette phrase a été  prononcée par un sinistre individu, Joseph Goebbel, Ministre de la propagande nazie.  Notre député -bourgmestre semble lui aussi jongler bien souvent avec les vérités, qu’il arrange à sa façon. Nous reproduisons in extenso son intervieuw paru le 20/12/2014, dans un journal local dans lequel il nous offre un bel exemple de maniement des mots et des chiffres.

Il y a déjà 63.000 € qui pourront être récupérés avec le saut d’index…..  en somme, 63.000 € de pouvoir d’achat en moins pour le personnel !!   de 35 à 40.000 € de postes que l’on pourra réduire….. Or, nous avions au vu du gonflement de certaines dépenses, demandé lors du conseil communal si cela n’était pas le résultat de la convention Friart-Prince De Croy dans le cadre de Mons 2015. ?  Pas de réponse…..Pourquoi ces nouvelles données n’ont-elles pas été formulées et modifiées lors du conseil communal ?

« Nous avions déjà opéré comme celà pour le budget 2014 qui était aussi en déficit. Celui-ci a en effet été résorbé puisqu’avec la dernière modification budgétaire, nous étions en boni de 8.000 € « poursuit Benoit Friart

En boni avec la dernière modification budgétaire ??  Erreur ou mensonge ?  En effet, la dernière MB, à notre connaissance la MB2, soumise au conseil communal du 13/11/2014 ( voir notre PV  paru le 26/11 sur ce blog)  se clôture avec un déficit à l’exercice propre de 93.114 €. 

«  Celui qui dirige le Roeulx met également en avant un fonds de réserve d’un million d’euros.  Notre commune a une bonne situation financière »

Quels fonds de réserve ?  Le solde présumé fin décembre 2015 est de 204.980 € à l’extraordinaire et de 26.635 € à l’ordinaire.  Loin du million annoncé

Voilà comment sous l’ère Friart on jongle avec les chiffres !

 

Conseil communal de décembre 2014 2ème partie

Evolution du personnel communal ( annexes du budget)

Le 12/12/2014 nous vous publiions les chiffres de l’emploi communal. Les annexes au budget nous les confirme: En 2013 31 statutaires contre 27,31 en 2014 et 26,2 en 2015

71 emplois en 2005 (  29 statutaires) et 57,2 emplois en 2015 ( 26,2 statutaires)

Vu la réduction des cotisations patronales pour les APE, au Roeulx ceux-ci sont nettement préférés aux statutaires car ils sont moins coûteux. On privilégie ainsi les emplois précaires. C’est ça aussi une approche ultra-libérale de l’emploi.

Budget 2015  Recettes.

Depuis  » l’avènement du Bourgmestre MR  Benoit Friart, la rage taxatoire sévit pour la plupart d’entre-nous et surtout aussi celles et ceux qui ont du mal à boucler leur fin de mois, catégorie de plus en plus dense dans  » la ville princière ».

Egoûts, immondices, taxe sur les renseignements et documents administratifs, inhumations, etc…sont des taxes levées avec leur taux maximum ou presque. Par contre, certaines taxes sont épargnées, nous parlons entre autres des agences banquaires où là, on applique le taux de 230 € alors que la circulaire du Ministre Furlan autorise 430 €, nous parlons des piscines privées oubliées, nous parlons des immeubles inoccupés etc…Le revenu de toutes ces taxes est en continuelle diminution et ce sont justement celles qui touchent la catégorie des plus privilégiés de nos concitoyens. La politique communale du bourgmestre MR est en parfaite symbiose avec celle du gouvernement NVA-MR,  NVA qui rappelons-le ne rechigne pas à mettre des  » fans de la collaboration » à certain s postes clés  de notre société ( intérieur )

Bien sûr, en tant que MR, le député-bourgmestre Friart est dans son rôle. Il défend très bien les intérêts  des plus nantis. Par contre la plupart de nos concitoyens sont sous le charme de son perpétuel sourire et aussi de la puissance de certains de ses produits.Quant à ses alliés au conseil communal, les démocrates et humanistes CdH, nous osons encore croire que certains parmi eux ont encore une sensibilité sociale. Nous ne pouvons hélas que constater que le rôle que leur concède le MR, est d’aller quémander des subsides auprès de la région wallonne, tant décriée par le Député-bourgmestre. Nous espérons et osons croire de leur part un sursaut démocratique et social dans cette majorité. Après ce préambule, examinons quelques postes de ces recettes;

  1. Taxes sur les agences bancaires et autres institutions:  Recettes prévues  4.140 €   ( taux 230 €) soit 18 guichets. La taux maximum autorisé est de 430 €. Pour mémoire, en 2003 la recette était de 4.000 € et 3.600 € en 2006.
  2. Seconde résidence  Prévision recettes 2015  7.800 € à 520 €/résidence soit 15 résidences. Au compte 2013, la recette était de 9.290 € soit pour 17 résidences. Là aussi, le taux maximum autorisé est de 640 €. Nous croyons que ceux qui ont la chance d’être propriétaire d’une seconde résidence peuvent se permettre l’application du taux maximum, d’autant plus que certains parmi ceux-ci sont avantagés financièrement de voir leur bien déclaré  » seconde résidence » plutôt que d’être soumis à  » la taxe sur immeuble inoccupé ».
  3. Taxe sur les immeubles inoccupés: Prévision de recettes pour 2015 :  35.000 € Cette prévision est la même que les années précédentes. Nous constatons cependant qu’il n’y a eu aucune perception au compte 2013. Recette = Zéro. Monsieur le bourgmestre nous signale que la recette apparaîtra au compte 2014. On verra, mais attendons-nous à nouveau à voir accorder par le collège une série d’exonération. C’est ainsi que pour 2012, pour un budget de 35.000 €, seulement 1.650 € ont été perçu.                                                                                                     Selon un rapport fait au collège communal pour l’exercice 2013, afin de connaître son avis sur 27 immeubles inoccupés, celui-ci a décidé la taxation de 7 de ceux-ci. Nous verrons ce qu’il en est lors de l’examen du compte 2014. Nous regrettons cependant que la fluctuation des sommes perçues découle surtout d’un manque de volonté politique. Certains de ceux qui nous gouvernent, y compris au Roeulx, n’ont pas intérêts à voir remettre dans le circuit locatif des immeubles supplémentaires, vu qu’ils possèdent des immeubles et appartements à louer. On connaît tous l’organisation du marché commercial :  la pénurie d’un produit augmente sa valeur !
  4. Taxe sur la force motrice: Nous avons abordé ce point lors de l’introduction dans la première partie, Pour information,voyons l’évolution de cette taxe:
Notons également dans cette rubrique, que la circulaire du Ministre Furlan concède de  » revoir les exonérations pour les stations de gaz naturel » Or il y en a plusieurs sur notre entité. Mais là aussi, c’est la volonté politique qu’il faut.
Nous voterons bien sûr contre ce budget ordinaire 2015. Nous ne terminerons pas celui-ci sans vous communiquer la note du Directeur général : « Par ailleurs, les simulations réalisées par le Directeur financier dans le cadre du budget annuel montrent, qu’à situation équivalente à celle d’aujourd’hui, la Ville du Roeulx connaîtra un déficit structurel de l’ordre de 100.000 €/an jusqu’en 2020″
Budget extraordinaire
Montant des dépenses prévues exercice propre  3.894.779 €
Résultat négatif de 825.467 €
Total général des dépenses  3.903.043 €
Financé par un prélèvement de 833.731 € sur le fonds de réserve, 1.306.927 € par emprunts et 1.754.120 € de subsides ( total  3.894.779 €)
Au 31/12/2015, le solde du fonds de réserve se chiffrera à 204.980 €
A noter que dans les 833.731 € prélevés  dans le fonds de réserve, 82.000 € sont encore prévus pour les édifices religieux, dont 43.500 € pour la Chapelle à Tombeaux, 10.000 € pour le mobilier urbain et 34.500 € pour la surface multi-sports de Ville/Haine.
Dans les emprunts, 145.000 € prévus pour la Salle des En Hauts, 372.511 € pour la RCA, encore 26.500 € pour la Chapelle à Tombeaux ( soit un total de 70.000€ avec le prélèvement), 180.000 € pour le parking de la crèche.
Dans les subsides, 1.250.000 € pour la revitalisation du site de la cimenterie, alias Cité Baio !
Pour ce qui est du fonds de réserve, on aura donc au 31/12/2015  26.635 € à l’ordinaire et 204.980 € à l’extraordinaire.
Nous nous sommes abstenus au vu de certaines dépenses, nécessaires selon  nous, mais bien d’autres que nous jugeons superflues vu la situation de plus délicate des finances de la Ville.
Régie communale autonome
Plan d’entreprise et budget 2015  316.405 € de dépenses à l’ordinaire avec une prévision de recettes de 135.783 €. La différence sera comblée par un subside communal de 135.783 €
A l’extraordinaire, les dépenses estimées sont de 1.278.261 € et une recette de 905.750 € Encore une fois, la différence sera comblée par un subside communal extraordinaire de 372.511 €
Nous rappellerons ici le décompte final de la salle omnisports:   5.368.800 € dont 2.599.850 € subsidiés.  soit 2.768.950 € à charge de la collectivité rhodienne.  Bien loin des 75 % criés à tue-tête par l’Echevin Formule
Nous prenons également connaissance du contentieux avec l’auteur de projet  qui réclame 164.908 € pour des prestations supplémentaires du bureau d’études. De son côté, la RCA réclame une somme de 164.125 € de dédommagement pour des erreurs commises dans le cahier des charges.
Bilan de la RCA  à ce jour. Selon nos données le montant total des subsides ordinaires accordés par la Ville s’élève à 607.944 € augmenté de 37.042 €  boni de 2012 laissé par la Ville.  Le montant des subsides extraordinaires quant à lui totalise la coquette somme de 3.185.704 €
Nous nous abstenons sur ce point.
Urgence : Dépassement du devis pour la réparation du clocher de l’église St Nicolas.
Comme de coutume, nous serons encore mis devant une décision du collège à propos d’un montant supplémentaire 100.865 € tvac pour la réparation du clocher. On a beau dénoncer à chaque fois cette procédure….. Nous votons contre
Le prochain conseil se tiendra le 02/02/2015

 

COMPTE RENDU DU CONSEIL COMMUNAL DU 17 DECEMBRE 2014 par Marcel Couteau et Jean-Pierre Duval 1ère partie

La séance débute par l’approbation de la démission de Madame Catherine Chaverri ( Ecolo) de son mandat de conseillère communale ainsi que de ceux en découlant.

Nous nous abstiendrons sur le PV de la séance précédente ( 13/11/2014) car l’intervention de Marcel Couteau à propos de la démolition des garages Faubourg de Binche, si elle a bien été transcrite, elle omet de mentionner la réponse du Bourgmestre, à savoir  que ceux-ci étaient bien propriété communale. Nous demandons et obtenons l’ajout complémentaire de cette réponse.

Information  Avec son optimisme habituel, l’Echevin  » ne coûte rien »  nous informe que le Ministre CdH René Collin émet un avis favorable sur la  » Réorganisation du site sportif du Rempart des Arbalestriers » ( terrain de football)

Estimation : 1.479.839,50 €    Subside de la région wallonne : 1.111.440 €  soit au minimum   encore 368.399 € à charge des contribuables rhodiens.

Subsides aux associations

Les 3  délibérations ci-dessus sont soumises à notre approbation, SANS AUCUN AUTRE document justificatif. Le même procédé avait déjà été utilisé les années précédentes,, alors que suite à une réclamation  introduite en novembre 2011, le Ministre Furlan envoyait à la Ville du Roeulx les recommandations suivantes :

Nous ne sommes nullement contre les subsides octroyés de manière raisonnée et justifiée  mais nous ne pouvons marquer notre accord lorsqu’on  ignore sciemment  les recommandations. Nous marquerons notre accord pour le subside à l’ O.N.E et au folklore. Pour le reste, nous nous voterons contre, argumentant le manque de clarté. Monsieur l’Echevin Formule, nous a encore promis que l’an prochain, ces demandes seront faites en bonne et due forme. Wait and See !!

Aménagement d’un terrain de sports à Ville-sur-Haine

On réinscrit à ce conseil  » la dépense relative au marché public pour l’aménagement d’un terrain multisports à Ville-sur-Haine pour la somme de 230.000 € financée par subsides pour un montant de 195.500 €.

ENCORE UNE FOIS, nous marquons notre avis positif  à cette réalisation, qui et nous vous le rappellons, est bien antérieure à toutes les autres surfaces multisports…..Hélas pour Ville-sur Haine, elle n’a qu’une école communale…priorité à Mignault… Nous espérons que sa réalisation ne mettra pas le temps qu’il aura fallu ( plutôt qu’il faudra) pour l’escalier de secours de l’école de Ville-sur-Haine,  Nous parions que l’agrandissement de la salle des En Hauts sera bien plus vite réalisé, malgré les doléances du voisinage.

Dotation communale à la zone de secours.

Nous marquons notre abstention, rappelant les effets néfastes des mesures prises directement  » d’en haut », sous contrainte de raisons budgétaires, et sans aucune concertation préalable avec la base, soit les pompiers ou les communes.

Le montant pour notre Ville s’élève à 581.548 € contre 504.395 € au compte 2013.

Budget 2015  Zone de Police Haute-Senne. 

749.907 € octroyés, contre 726.036 € au compte 2013 . Notre groupe Alternative ( UDP-PS) s’abstiendra, pour les mêmes raisons que celles invoquées pour la zone de secours.

Notre conseiller Marcel Couteau s’est permis de rappeler que les Z.I.P. ont été imposées aux communes, sous de fallacieux prétextes. Auparavant, au Roeulx, 7 à 8 gardes-champêtre plus une gendarmerie étaient présents. Aujourd’hui, plus personne n’est content…

Budget des fabriques d’église.  Le supplément communal s’élève à 84.237 €  pour un budget de 100.507 €, soit 84% d’intervention communale. Nos conseillers s’abstiennent sauf J.P. Duval qui votera contre..

Budget 2015 de la Ville

Nous avons tenu à souligner devant le conseil communal que les budgets communaux s’élaborent, doivent s’élaborer dans le cadre de la circulaire transmise par la région wallonne et de ses recommandations.  Que disent -elles ?

Le Ministre Furlan « recommande de mettre à l’ordre du jour du conseil communal, durant lequel la dotation à la zone de police est votée, un point relatif à la politique de sécurité, afin de débattre de ces problèmes dans votre commune……….d’autant plus dans la perspective du plan zonal de sécurité. »

Or, cette recommandation est totalement ignorée: pas d’informations, pas de débat. Doit-on pour cela en conclure que  pas de problèmes ?      Dormez en paix bonnes gens !!!

Le Ministre également : « attire votre attention sur les dépenses de réception et de représentation et rappelle qu’elles doivent rencontrer l’intérêt général « . Nous notons que pour l’ensemble du budget 2015, le montant de ces dépenses réception et représentation s’élève à 25.880 €, alors qu’au compte 2013, on relève une dépense de 12.164 € . En ce qui concerne l’intérêt général, ces dépenses rencontrent surtout des intérêts particuliers !!!

 » les communes qui ne sont pas en équilibre à l’exercice propre en 2015, doivent présenter un plan de convergence »  Or, nous sommes dans cette situation avec un résultat négatif de 167.868 € à l’exercice propre 2015 et qu’il était de 130.518 € au budget 2014.  Plan de convergence ???  Rien !!

La circulaire souligne également : » les recettes et dépenses doivent être précises et complètes, conformément à l’article 7 de la comptabilité communale «   Nous verrons en examinant celles -ci que cela aussi n’est pas toujours respecté.

Plan Marshall : complément régional. En janvier 2006, la taxe communale sur la force motrice pour les nouveaux investissements acquis ou constitués à l’état neuf à partir du 1 er janvier 2006 a été supprimée.

Ce manque à gagner pour les communes est compensé par un complément régional.( Il en est de même pour l’exonération du précompte immobilier pour les immeubles inoccupés). Or le montant exact des pertes subies par les communes ne peut être calculé que par celles-ci. Pour ce faire, il leur est recommandé de faire un recensement auprès de  leurs redevables de tous les moteurs exonérés et de transmettre chaque année, pour le 15 août, ce chiffre, ainsi que le nombre de KW . De cette manière seulement la région wallonne peut connaître le manque à gagner réellement subit et dès lors apporter l’aide compensatoire.  Seulement au Roeulx, il y a un hic !  Il faut une réelle volonté politique de le faire, et sous prétexte qu’il faut du personnel,……..rien ne se fait.

Sachez que ce type de recensement avait déjà été fait sous un mayorat d’Albert Tesain avec l’appui de personnel extérieur à la commune, et que cette opération avait eu pour conséquence une nette augmentation des recettes sur la force motrice. Et nous citons un exemple local bien connu : une brasserie de l’entité a investit  » avec l’aide des intérêts notionnels ». Un agent  pourrait constater et ainsi  évaluer la perte subie suite à ces nouveaux investissements. Or, on n’aime pas être contrôlé !  Le 13 octobre 2014 nous écrivions dans ce sens.  A ce jour, toujours pas de réponses……

Vous constaterez que les  chiffres des recettes antérieures étaient intéressants, alors qu’ils sont négligeables aujourd’hui. Et dire qu’on a supprimé l’intervention financière de la Ville pour le piscine des enfants de nos écoles !!

« La dotation au CPAS   peut être indexée de 3,5% » mais pas au Roeulx,  En effet, vu leur déficit à l’exercice propre et suite aux décisions européennes, le CPAS doit se contenter de voir sa subvention revue à la hausse d’1 % seulement ( 8.300 €). Cela tout en connaissant les réalités négatives auxquelles il devra faire face. Au 1 er janvier 2015 c’est 50 de nos concitoyens qui seront exclus du chômage.

L’Europe- Le gouvernement NVA/MR – La majorité MR du Roeulx  même combat contre les peuples !!!

Faire payer aux populations leur crise et ainsi préserver les privilèges fiscaux accordés aux nantis. Qui sème la misère, récolte la colère….

 

 

Avant de nous intéresser au détail de quelques articles budgétaires, tant en recettes qu’en dépenses, intéressons-nous quelque peu sur l’évolution  » du bas laine » de notre Entité

Si depuis 2012, les prévisions budgétaires à l’exercice propre sont négatives , ( -167.868 € en 2015, -130.518 € en 2014, – 153.517 € en 2013 et – 328.910 € en 2012) le résultat global avec les années antérieures a toujours été positif, mais tend à se restreindre C’est ainsi que nous voyons par rapport à 2014, une très nette diminution de 691.176 € au 31/12/2015

 Voyons certaines dépenses reprises au budget 2015 :

  1. Administration générale  : 2.500 € prévu en frais de réception, contre 1.021 € en 2013
  2. Frais d’avocats:  25.000 € prévision 2015  en 2013, ceux-ci s’élevaient déjà à 29.889 €. Nous estimons que certains contentieux auraient pu être résolus par la concertation. Il est vrai que la NVA- MR, n’aime pas la concertation !
  3. Bulletin communal : Prévision 2015 : recettes 13.000 €  Dépenses 23.000€  soit un coût estimé de 10.000 €.  Au compte 2013, nous avons : recettes 8.931 €   dépenses  26.182 € soit un coût réel de 17.251 €                                                          Le nombre de publication a certes diminué, mais le contenu de ce bulletin communal, tant en information sur la Ville que sur la gestion politique de celle-ci  est absent. Pour cette majorité dominante MR, il faut que la population en sache le moins possible sur la véritable gestion communale.
  4. Communication-Travaux :  Espérons un hiver doux, car les postes destinés à l’entretien des voiries communales est laminé. En fourniture de matériaux, 5.000€ de prévu en 2015 alors que la dépense fut de 72.936 € en 2013 et de 82.126 € en 2014 Nous voulons peut être croire que l’on  » s’est constitué un stock », mais alors comment justifier en  » prestation de tiers pour la voirie »  5.000€ alors que ce poste était de 73.200€ en 2012.  On nous répond que les voiries communale sont en très bon état !
  5. Commerce-Industrie :  45.773 € de dépenses en 2015 ( dont 17.937 € de traitement de personnel contractuel subsidié) contre 37.463 € en 2013 et 9.153 € en 2012
  6. Agriculture-Pêche  frais de réception : 8.630 € en 2015 contre 7.463 € en 2013 et 5.263 € en 2012  ——Prestation de tiers pour jardin concours 5.000 € prévu en 2015 contre 3.368 € en 2013 et 302 € en 2012. Le montant total pour ce chapitre  est de 18.832 € pour 2015 contre 16.547 en 2013 et 13.859 € en 2012
  7. Education populaire et Arts : Dépenses totales prévues  872.131 € pour 2015  ( 750.019 € au compte 2013)  dont 114.833 € pour traitement/rémunération repris dans 6 inscriptions budgétaires différentes. Nous avons souhaité connaître les fonctions du personnel occupé, tant celles -ci semblent si importantes pour que les absences pour maladie soient IMMEDIATEMENT remplacées. Par contre, dans certains postes administratifs ( p.ex encodage ), pas de personnel.    Nous vous invitons à relire notre commentaire du 14/12/2014 sur le tourisme)                            Là aussi, nous voyons un poste de frais de réception et de représentation pour un montant de 14.950 € contre 3.680 € au compte 2013.                                      Prestations de tiers pour fêtes et cérémonies : 23.000 € en dépenses 2015 contre 8.653 € au compte 2013                                                                                        Location de matériel de transport :  1.700 € ?                                                           Frais de location et d’entretien du mobilier et du matériel  4.000 € ?  Soit pour ces deux derniers postes  un total de 5.700 € alors qu’en 2013 les dépenses ont été de 454 €;  Nous nous   interrogeons sur ces dépenses nous nous posons la question de savoir si ce n’est pas là une implication dans  » Mons 2015″ et de la convention avec le château ?  Qui vivra verra.                                                                                  Charge de la dette : pour ce chapître, elle s’élève à 265.332 € en 2015 contre 193.169 € au compte 2013. La charge des emprunts et remboursements pour les subventions accordées à la  RCA s’élève à 118.677 €
                                                                                                A  SUIVRE….

 

 

 

 

 

QUAND LE SHOW FAIT DE L’OMBRE A LA SOLIDARITE

Une opinion d’Irène Kaufer, citoyenne.

Voilà, c’est parti pour Viva For Life : parti pour six jours d’autopromotion ertébéenne, six jours de show médiatique, de caméras braquées sur trois animateurs de radio qui vont faire les zouaves « au profit des bébés pauvres » – comme si le fait qu’ils ne mangent rien de solide et dorment peu pouvait améliorer le sort de qui que ce soit, à part le leur. Car c’est bien sur eux et sur les « stars » qui viennent les soutenir que les caméras sont braquées, sans même parler de leur caricature de grève de la faim et de sommeil perturbé, quand tant d’autres mettent réellement leur santé en jeu pour une cause ou sont contraints de dormir dans la rue ! Et tout cela en évitant une véritable analyse…

Comme s’il y avait des « bébés pauvres » sans parents pauvres, et particulièrement des mères pauvres, ces fameuses « familles monoparentales » qui forment une partie importante de la population précaire !

Comme si la pauvreté était une fatalité, une sorte de catastrophe naturelle dont seule la générosité publique pourrait soulager les victimes !

Comme s’il n’y avait pas de responsables ! Comme si la justice sociale était simple affaire de bons sentiments !

Comme si le combat contre la pauvreté n’était pas le devoir – et l’un des plus importants – des autorités publiques !

On verra donc de pauvres gens ouvrir leur portefeuille pour de plus pauvres qu’eux, des associations collaborer, de gré ou de force, à ce cirque indécent, contraintes de faire appel à la charité par leur manque de moyens. On verra des bénévoles plein/e/s de bonne volonté, des militant/e/s de la cause des enfants et/ou de la misère se laisser enfermer, sinon dans un cube de verre, du moins dans une bulle médiatique, avant d’être renvoyé/e/s à l’invisibilité , pour tenter de combler des trous creusés par d’autres !

Mais les bons sentiments ne peuvent rien contre de mauvaises politiques. Si la pauvreté et la précarité sont en pleine expansion dans notre pays – qui reste un pays riche, rappelons-le ! – ce n’est dû ni à une tornade, ni même à la « crise » très anonyme, mais à des inégalités sociales croissantes créées et entretenues par de mauvaises politiques, dites d’austérité – mais pas pour tout le monde ! Car face aux enfants et aux parents vivant sous le seul de pauvreté, il y a tous ceux qui vivent au-dessus du seuil de la richesse et qui ne sont jamais mis à contribution. « De plus en plus de riches en Belgique», titrait la Libre du 3 juillet 2013, notant l’augmentation de 7% du nombre de millionnaires. « De plus en plus de jeunes sont confrontés à la pauvreté », titrait en parallèle le Soir du 15 mai 2013.

Le rôle d’un média de service public, ce n’est pas de se prêter à des « jeux » (dont le « concept » a été acheté ailleurs, c’est un comble!), mais de faire le lien entre les mesures politiques et l’accroissement de la précarité. D’expliquer que ces bébés pauvres qu’on prétend aider – ou surtout pousser d’autres à les aider – sont les enfants de parents pauvres, de travailleur/se/s aux salaires bloqués, dégraissés (de leur emploi) puis dégressés (de leur allocation de chômage) ; des « isolé/e/s » empêché/e/s de sortir la tête hors de l’eau en essayant de diminuer certaines charges par la colocation, qui les ferait chuter au statut de cohabitant/e, avec réduction de revenus à la clé ; des mères seules contraintes à courir d’un boulot sous-payé à une crèche où il n’y a plus de place ; et tous ces « assistés » qu’on ne cesse de fustiger en étranglant financièrement les institutions censées leur venir en aide : demandez donc aux CPAS ! Quant à celles et ceux qui se révoltent, quelle horreur ! On ne peut pas d’un côté verser des larmes de crocodile sur les « bébés pauvres » et de l’autre, répéter qu’il n’y a qu’une seule politique possible, pointer du doigt ces grévistes « preneurs d’otage » ou ces syndicalistes pourtant bien sages toujours soupçonnés de refuser d’évoluer avec le monde… ce monde qui justement, entretient la misère !

Après l’opération « Hiver » de 2012, voilà la RTBF qui oublie encore une fois son rôle de service public pour un grand numéro de « charity show » qui se situe, lui, très en deça du seuil de la décence.

advertisement

DEMISSION AU CONSEIL COMMUNAL

En introduction de la séance de conseil de ce 17 décembre 2014  le Bourgmestre a annoncé la démission de Madame Catherine Chaverri, conseillère communale du Parti Ecolo. Nous regretterons beaucoup son absence au conseil communal car Catherine était une conseillère toujours bien impliquée dans ses dossiers. Nous espérons pouvoir faire le même chemin avec son ou sa remplaçante.  En attendant nous lui souhaitons plein de succès et de bonheur dans sa vie et  auprès des siens.

 

Jean-Pierre    et  Marcel

LA GREVE VUE DE L’EUROPE ( celle des travailleurs )

Bonjour,

Je vous prie de trouver ce-dessous le message de solidarité que le Parti de la Gauche européenne adresse aux travailleurs et front commun syndical Merci de bien vouloir le diffuser.

Jean-Pierre Michiels  &  Nicole Cahen

représentants du Parti Communiste Wallonie-Bruxelles au Bureau exécutif du PGE

Belgique : « Devant l’entêtement gouvernemental, les travailleurs ne fléchissent pas !»

Le monde du travail Belge dit non à l’austérité ce lundi 15 décembre. Après la manifestation du 6 novembre qui a rassemblé plus de 120.000 personnes à Bruxelles et le succès des trois grèves tournantes par Province, la grève générale nationale décrétée par le front commun syndical connaît un succès incontestable.

Les belges refusent l’accord gouvernemental conclu par la coalition de toutes les droites, dirigée par le libéral francophone Charles Michel et cornaquée par le leader nationaliste flamand Bart De Wever, qui a décidé de suivre à la lettre les politiques de rigueur imposées par l’Union européenne dont la nuisance sociale pour les peuples n’est plus à démontrer.

Cet accord impose l’austérité dans tous les secteurs sociaux, culturels, sociétaux et économiques de la Belgique, sans envisager la moindre réforme fiscale qui apporterait les moyens d’une politique plus juste. Les mesures constituent une agression sans commune mesure contre le pouvoir d’achat des travailleurs, des sans emplois, des retraités.

Devant l’entêtement gouvernemental, la détermination des travailleurs est loin de fléchir et cet impressionnant mouvement, qui retentit dans toute l’Europe, ne restera pas sans lendemains.

Le Parti de la gauche européenne exprime sa totale solidarité avec les travailleurs de Belgique et leurs organisations syndicales. Maite Mola, Vice-Présidente du PGE, était ce matin au piquet de grève du centre ville de Bruxelles.

Parti de la gauche européenne

Lundi 15 décembre