ROLE DU CENTRE PUBLIC D’AIDE SOCIALE ( C.P.A.S.)

Le Centre public d’aide sociale est administré par un conseil d’aide sociale composé au Roeulx de 9 membres. Les conditions pour être élu sont : être électeur et avoir sa résidence principale dans l’entité. Les membres sont élus par le conseil communal, au prorata des composantes de ce conseil. C’est ainsi que pour la période  2012-2018, il se composera de 7 I.C. 1 Ecolo et 1 PS-UDP.

Le montant du jeton de présence est égal à celui du conseiller communal.      Le conseil de l’aide sociale élit deux de ses membres pour compléter avec la Présidente le bureau permanent.( Ces deux membres bénéficient d’un jeton de présence ).

Le conseil se réunit au moins une fois par mois et le bureau tous les 15 jours, sauf urgences à traiter.Par la loi, les membres sont tenus au secret absolu, surtout concernant les aides individualisées.

Vous êtes nombreux à nous interroger et sur la gestion et sur le rôle du CPAS. Très bien ! et ce d’autant plus que c’est là qu’on ressent  en premier le mal vivre, la paupérisation d’une franche de la population. Et celà va s’aggravant.

De quoi s’occupe le CPAS  de notre Entité ?    Quels sont les services à la population?

  • Gestion de la maison de retraite et de soins ( 55 lits)
  • Accueil de la petite enfance ( 0 à 3 ans) en crèche.
  • Service social général
  • Octroi du droit à l’intégration sociale
  • Guidances budgétaires et énergétiques.
  • Service d’Aides familiales.
  • Service de repas à domicile
  • Service d’insertion socio-professionnelle.
  •  I.L.A. pour demandeurs d’asile
  • Encadrement de personnes sans abri hébergées en logement de transit.
  • Taxi social

Ces services sont un strict minimum que peut rendre un CPAS. D’autres services sont par exemple rendus dans d’autres CPAS, tels que :

  • Action en faveur du logement.
  • Service de dépannage à domicile.
  • Service de nettoyage.
  • Centre de service commun…etc
Notre Ami A.C. pose bien le problème et permet le débat. Lors du remplacement des anciennes commissions d’assistance publique, le législateur a tenu à ce que la nouvelle structure appelée CPAS jouisse d’une certaine autonomie vis-à-vis du pouvoir politique communal. Celà n’empêche pas la tutelle communale de s’exercer sur les actes posés par le CPAS ( budget, compte, etc…).
Pour ma part, j’ai toujours défendu cette autonomie, mais je me suis toujours opposé quand certains présidents prenaient des libertés vis-à-vis de l’Administration communale.
En somme, j’étais un précurseur sur les synergies, mais alors, de véritables synergies. Il doit y avoir coordination et concertation entre les deux administrations. Je ne suis pas d’accord avec le Ministre Furlan sur sa version de l’intégration des CPAS dans la gestion communale. Ce serait le chemin le plus sûr d’une politisation des services sociaux rendus par les CPAS, d’une privatisation voire le recours aux oeuvres caritatives.
Ayant porté 2 casquettes, ( commune et CPAS), je crois pouvoir me prononcer sur la gestion des deux administrations de notre Entité.
Gestion CPAS et Gestion communale.
Certes, les matières à traiter sont différentes. Toutefois, je peux affirler que sur la gestion purement administrative, le CPAS n’a aucune leçon à recevoir.
On pourrait aussi mettre en parallèle les dossiers travaux menés par la Ville et ceux menés par le CPAS. Ce dernier a l’avantage d’avoir mené tous ces travaux à bonne fin !
Comment augmenter les recettes et diminuer les dépenses ? demande notre lecteur AC aux conseillers CPAS de la majorité.
Auront-ils le courage politique de vous répondre ?
Pour notre part, nous croyons que cette question doit surtout, et en premier lieu, être posée au niveau du Pouvoir communal. Qu’il montre l’exemple. Hélas !
Certes ils ont déjà répondu. A ce jour, pour 2013, 24 taxes et redevances sont en augmentation, avec le refus de leur part d’aller chercher l’argent auprès des plus nantis.
Quant aux diminution des dépenses, leur façon d’y souscrire est de diminuer le volume de l’emploi. On ne bougera pas dans les dépenses d’apparat et les travaux titanesques.
« Quel bonheur si on pouvait étrangler, voire supprimer le CPAS !!! » se disent ces ultra-conservateurs. Ils pourraient ainsi continuer à festoyer alors qu’il y a de plus en plus de gens  dans la précarité. Le social, la solidarité, ils s’en foutent !
Nous tous sommes d’accord et tristes de constater que les conditions de vie se déteriorent de plus en plus.
Le projet de budget 2013 du CPAS, c’est 6.236.353 € dont 950.000€ d’intervention communale.
Certes, il faut aussi qu’au CPAS chaque Euros soit dépensé à bon escient pour aider et soulager les moins nantis.
Les recettes du CPAS proviennent surtout des subventions des autorités supérieures ( transferts) pour un montant de 4.447.146 € ( y compris les 950.000€ de subvention communale) et les interventions des bénéficiaires pour un montant de 1.187.457 €.
Fin de l’année 2012, le CPAS  procure un emploi à 101 personnes, dont
  • 10 statutaires
  • 55 contractuels
  • 26 agents A.P.E.
  • 2 agents P.T.P.
  • 8 personnes engagées dans le cadre de l’Art 60 §7
Les dépenses de personnel s’élèvent à 3.612.675 € soit 62,1 % des dépenses, cela malgré les nombreux sous-statuts et seulement 10 nommés !  Mais que cela ne nous empêche pas de continuer le débat avec une vision globale de la gestion communale et avec la pensée du véritable rôle humain que doit jouer le CPAS
 Maison de repos. Quel Avenir ?Des éléments de réflexions !
En 2012, la Belgique compte 569.700 personnes de plus de 80 ans, dont 59% en Flandre, 32 % en Wallonie et 9 % à Bruxelles.Au moment même où le vieillissement va marquer tous ses effets, où les besoins en soins augmentent, le secteur se trouve étranglé financièrement suite au transfert du paiement du forfait de la journée d’entretien du fédéral vers la région wallonne
.Entre 2001 et 2011, sur les 12.100 lits créés, 10.900 relèvent du secteur privé commercial.La pension moyenne d’un isolé tourne aux alentours de 1.000€ et le prix moyen d’une maison de repos est de 1.370€/mois.
« Question à la Une » a dressé un constat interpellant dans la commercialisation des Maisons de repos.Là aussi on étrangle le secteur public pour le plus grand profit de grosses sociétés privées.
Ces maisons de repos privées doivent à tout prix rapporter du fric…
                                                                                        Marcel Couteau

 

INSTALLATION DU NOUVEAU CONSEIL COMMUNAL

C’est devant un nombreux public qu’est installé le nouveau conseil communal. Nous formulons déjà le regret qu’il n’en sera hélas pas de même à tous les conseils communaux… et pourtant…

Après la prestation de serment des conseillers et du Bourgmestre, on passe  aux points suivants:

Membre du Conseil de  l’Action Sociale.

Caroline Charpentier   Bruno Ravaldi   Monique Vanderdonck   Dimitri Planque   Jacqueline Scutenaire   Geneviève De Scheerder   Pascal Buffi représentent la Majorité.  5 CONSEILLERS MR sur 7 !! Nous voyons la  » tendance humaniste » se dissoudre . Que va nous réserver l’Avenir ?

Jacques Deblieck sera le représentant Ecolo et le groupe Alternative 2012 sera représenté par Fanny Bombart.

Membre du Conseil de Police.

François Luc et une petite compensation pour…Gérard Maistriau.

Déclarations facultatives d’apparentement.

Cette déclaration permet de comptabiliser le nombre de conseillers communaux représentant les partis. Elle détermine la dévolution des mandats dans les Conseils d’Administration des Intercommunales.

En ce qui nous concerne, Marcel Couteau et Jean-Pierre Duval, après avoir au préalable déclaré  » élus UDP sur la liste Alternative 2012, nous situant à la gauche du PS,  nous nous apparentons à celui-ci pour cette déclaration ». Gery Bombart quant à lui se déclare pour son parti PS.

Dans la majorité, 6 élus s’apparentent au MR, à savoir: Emmanuel Delhove, Luc François, Benoit Friart, Damien Sauvage, Jacqueline Scutenaire, Rita Molle. S’apparentent au CdH, Gérard Maistriau, Caroline Charpentier, Jacques Thumulaire, Anne Buyssens, Elise Ottaviani et Martine Paternostre.

Jean-François Formule, Jérôme Wastiau et Jean-Christophe Stievenaert, en bons opportunistes, se déclarent ni à Gauche, ni à Droite, ni au Centre.  Ils se définissent  asexués. Et dire qu’à certaines occasions ils ne manquent pas d’afficher  » des couleurs. »!.

Remarques:

1-Lors de la campagne électorale, la liste Alternative 2012 en présentant ses candidats a eu l’honnêteté politique de signaler aux électeurs qui représentaient le PS ou l’UDP ainsi que ceux qui ne représentaient aucune de ces deux composantes. On ne peut en dire de même des  prétendus I.C.

2- Le PV du dernier conseil de l’ancienne mandature n’est pas encore rédigé ===> pas d’approbation.

Prise de parole de Benoit Friart.

Dans son intervention, Benoit Friart n’apparaîtra pas comme le Bourgmestre de tous, mais bien comme celui de sa seule majorité. Certes, il flatte déjà les Ecolos, mais il est bien vrai que grâce à eux, suite à une dispersion de voix, il gagne 2 sièges. Ceci mérite peut-être celà !

Au nom d’Alternative 2012,  JP Duval déclare :

 » Monsieur le Bourgmestre,Madame, Messieurs les Echevins,

Mesdames, Messieurs les Conseillers,

Mesdames, Messieurs,

 

Ne pas reconnaître et ne pas féliciter Monsieur Friart pour son succès électoral personnel serait un déni de vérité.

Mais si nous examinons de plus près les résultats électoraux, nous devons cependant relativiser.

Si Monsieur le Bourgmestre est réélu avec 1845 voix, soit 282 voix de plus qu’en 2006,la liste MR – CdH dite I.C. augmente quant à elle son score de 98 unités soit 0,33 %  des électeurs, bien loin du raz-de-marée que l’on  annonce.

Si notre minorité Alternative 2012, coalition UDP-PS et sans parti, perd 2 sièges, il faut cependant noter que l’addition de nos voix avec la liste Ecolo, gagne 20 voix. C’est cela le calcul électoral.

Nous ne serons donc plus que 3 dans la minorité Alternative 2012. Néanmoins, pour citer le DalaÏ Lama, « Si vous passez une nuit enfermé dans une chambre avec un moustique, vous verrez le matin lequel de vous deux a mal dormi »

En clair, NON,  nous ne baisserons pas les bras, NON nous ne vous laisserons pas endormir la population.

Lors de la mandature écoulée, de nombreux griefs ont déjà été émis quant à l’information du citoyen.

Il ne suffit pas d’avoir un coûteux bulletin publicitaire communal ou un agréable site internet si ceux-ci  ne relatent pas également la vie politique communale. Nous avons toujours insisté sur la teneur des PV du conseil communal, de l’information et de l’implication des conseillers  dans la prise des décisions. Le conseil communal ne doit pas être une chambre d’entérinement des décisions du seul collège.

Nous veillerons au respect de tous, tout en sachant que et je citerai Gandhi,  «  la Démocratie ce n’est pas la majorité +1, mais c’est construire une majorité d’idées autour d’un programme.

Je vous remercie de m’avoir écouté. »

En réponse à Benoit Friart, qui appuyera sur nos deux sièges perdus, Marcel Couteau lui répondra : «  Oui, nous avons perdu perdu en quantité, mais certainement pas en qualité ».

Ces propos ont semble-t-il choqués certains de mes anciens partenaires. J’aurais pu dire autre chose de plus précis comme  »  du moins il n’y aura plus de rapporteurs de nos débats internes auprès des responsables communaux !! « 

IN MEMORIAM

Une minute de silence sera respectée à la mémoire de Joël Dujardin, conducteur des travaux.

Le prochain conseil communal se tiendra le 15 janvier 2013

 

 

JP DUVAL                   M. COUTEAU

OBELIX EN BELGIQUE

Quelques  informations pour ceux qui plaignent  Depardieu…. Il ne serait pas plutôt grand temps de songer aussi en Belgique à imposer les «  Grosses fortunes » ?

 

Patrick Le Hyaric a publié: »Quel fracas autour de l’installation en Belgique de cet acteur connu et reconnu, devenu homme d’affaires ! Le cimetière des invectives stériles s’est encore agrandi et a caché le grand fatras d’informations pourtant si importantes pour la vie quo »

 

 

Qui y a-t-il derrière la carrure d’Obélix ?by Patrick Le Hyaric

Quel fracas autour de l’installation en Belgique de cet acteur connu et reconnu, devenu homme d’affaires ! Le cimetière des invectives stériles s’est encore agrandi et a caché le grand fatras d’informations pourtant si importantes pour la vie quotidienne, telles que la hausse des carburants, du gaz et de l’électricité, des impôts locaux, de la TVA pour payer un cadeau de 20 milliards d’impôt aux sociétés, les fermetures de lignes secondaires de train et un nouveau projet de réduction des services publics. Tout ceci se fait en application des critères du traité européen d’austérité.

Bref, grâce à une nouvelle potion magique, Obélix, rebaptisé « Echappofisc » réduirait tous ces choix politiques décidés par un gouvernement -dont on est en droit d’attendre tout autre chose- au rang de questions de second ordre, alors qu’ils nous concernent au plus haut point. D’ailleurs, s’il y a moins de trains, d’hôpitaux, de postes, d’écoles, d’activités culturelles, de tribunaux, de gendarmeries, insuffisamment de maisons de retraite, n’est-ce pas dû au fait qu’il y a moins de recettes pour l’Etat, résultat des cadeaux faits ces dernières années aux plus fortunés et d’un chômage en hausse constante qui handicape l’activité et donc les ressources de la Nation et des organismes sociaux ? Et ceci n’a-t-il rien à voir à ce que donne chacune et chacun au bien collectif, selon ses capacités contributives ?

Voici un bon débat. M. Depardieu n’est pas à plaindre. S’il est vrai qu’il a payé 145 millions d’impôt comme il l’a écrit dans une lettre au Premier ministre, cela veut dire qu’il gagne à peu près 6000 euros par jour. Qu’il ne dise pas que c’est le matraquage fiscal de la gauche qui le gêne puisque cela fait plus de dix ans qu’il s’acquitte sans dire mot des impôts fixés par les budgets votés par la droite. Dans ces conditions, notre grand acteur ne s’est-il pas placé, peut-être malgré lui, au centre d’un débat politique ou plutôt politicien ? La droite s’est saisie de l’occasion pour défendre les plus fortunés et le Premier ministre a pu ainsi faire croire qu’il les attaquait au nom du chantier de la justice fiscale, alors que les impôts indirects et l’impôt sur le revenu des catégories modestes va augmenter, grâce au gel des barèmes, certes décidé sous M. Sarkozy mais maintenu par ses successeurs.

Il est vrai que le défunt bouclier fiscal avantageait M. Depardieu et Mme Bettencourt contre le paysan qui gagne à peine le SMIC, la femme retraitée qui n’a que 700 euros par mois ou le smicard, qui eux paient à jets continus, c’est-à-dire chaque fois qu’ils font leurs courses ou leur plein d’essence, les impôts les plus injustes qui soient, la TVA et la taxe sur les carburants. Les débats enflammés de ces derniers jours permettent de cacher ces enjeux fondamentaux.  Ceux de la justice fiscale et la nécessité d’une profonde réforme pour y parvenir.

Tenter de se soustraire, d’échapper à l’impôt comme le font les plus fortunés, c’est faire le choix du chacun pour soi contre la communauté des êtres humains, faisant société ensemble. Les portes de la jungle s’ouvrent avec un Etat affaibli parce que  privé d’écoles, de laboratoires de recherche, d’hôpitaux, de moyens de transports ou encore de  communes rurales en bonne santé au service de toutes et de tous. Le pays devient dès lors, comme la Grèce, une proie facile pour les rapaces de la finance et les institutions européennes.

Nul ne conteste le droit de s’enrichir, mais il y a des richesses accumulées qui n’ont été possibles que grâce à la collectivité. Parmi les films dans lesquels Gérard Depardieu a brillé, nombre d’entre eux n’ont pu être réalisés que grâce à un système d’aide à la production cinématographique, soutenu par la puissance publique, que beaucoup de pays nous envient. Ce système n’existe que parce que nos concitoyens paient l’impôt et la TVA et parmi eux, ceux qui chaque mois calculent à 10 euros près.

De ce débat pourraient, devraient pourtant jaillir deux axes de réformes fondamentales. D’abord pour progresser vers la justice fiscale qui voudrait que chacune et chacun contribue en fonction de ses possibilités, avec un système d’impôt sur le revenu progressif, comportant de nouvelles tranches, notamment entre les 45% et les 75% de prélèvements. Rappelons qu’en Belgique, l’impôt sur le revenu est plus élevé qu’en France. En même temps, l’impôt sur la fortune doit être renforcé. La fiscalité locale doit aussi être transformée pour tenir compte des revenus réels et les impôts indirects abaissés. Quant à  l’impôt sur le capital, il  doit être incitatif pour la création d’emplois et l’investissement productif, et dissuasif pour toutes les formes de spéculation financière. L’autre volet concerne la nécessité d’une harmonisation de la fiscalité européenne selon des principes de justice.

Ce sont les différences d’imposition au sein d’une même zone ayant la même monnaie qui favorisent cette concurrence fiscale entre Etats et entre richissimes citoyens. Les plus modestes, eux, n’ont pas les moyens de changer de pays. Dans un premier temps, comme aux Etats-Unis, chaque citoyen qui s’expatrie paierait  l’impôt dans son pays d’origine. Au lieu de choyer les banques, les oligarchies et les marchés financiers, l’Union européenne devrait placer au cœur de son action des logiques citoyennes et solidaires. Il n’y aura  pas d’Europe commune sans solidarité sociale et vie démocratique qui implique les populations du continent dans les décisions qui les concernent. L’harmonisation fiscale en est une. Qu’Obélix, à son corps défendant, ait contribué à en faire grandir l’exigence constituerait un juste retour des choses.

 

26/12/20

Commentaire    Voir tous les commentaires

 

 

 

MEILLEURS VOEUX

2012 ….2013…..

Les conseillers communaux et CPAS  d’Alternative 2012 ( PS-UDP) présentent à leurs fidèles lecteurs et sympathisants, à la population de l’entité, leurs meilleurs vœux pour l’Année nouvelle. Ils souhaitent à tous de bonnes fêtes de fin d’année.

Assisté et ASSISTE !

Il y a les assistés que l’on dénigre, que l’on responsabilise… Mais il y a aussi les assistés dont on parle beaucoup  moins, les grands et gros assistés qui coûtent bien plus à la collectivité.

Les anciens lecteurs de ce blog se souviendront de notre publication des subventions agricoles européennes accordées à certains de nos prétendus agriculteurs rhodiens, plus redoutables hommes d’affaires que fermiers. Nous citions des noms de sociétés avec leurs propriétaires respectifs.

Si nous estimions devoir être d’accord avec l’octroi de subsides à l’agriculteur dont son exploitation agricole est son seul gagne-pain, nous  dénonçons ceux, qui sous le couvert de ce métier, bénéficient de ce subside alors qu’ils exercent d’autres activités bien plus lucratives que de cultiver la terre.

Récemment, dans la foulée des manifestations européennes des agriculteurs, certains parmi eux ont eu le courage de dénoncer les abus, repris par ailleurs au Journal télévisé.  Que penser du fait que la reine d’Angleterre, tout comme le prince de Monaco profitent de ces subsides !  Ces informations, mis à part cette journaliste TV, ne sera pas reprise  dans notre «  bonne presse » distillatrice de pensée unique et…cynique.

Aussi, avec nos faibles moyens, nous reproduisons ci-dessous les subventions accordées à nos quelques malheureuses sociétés rhodiennes, celles et ceux qui ne manquent pas d’audace en fustigeant les bénéficiaires du CPAS.

Année 2010 2011 TOTAL
1°Agricole de Boudry   Groupe Alva 131.569,43€ 131.569,43€ 263.138,86€
2°Courrières S.A 17.734,59€ 17.734,59€  
3°Riveroeulx SCRL 37.964,06€ 37.964,06€  
4°Malgrilhove SPRL 44.363,53€ 44.363,53€  
Total 2à4, sociétés de M. Delhove 100.062,18€ 100.062,18€ 200.124,36€

 

Par contre, le CPAS  du Roeulx qui bénéficié de l’aide alimentaire européenne voit son subside de 5.382€ en 2010 passer à 3.247€ en 2011, aide qui disparaîtra en 2012……

Mais il y a encore bien d’autres au Roeulx qui bénéficient des largesses des deniers publics.

Il y a ceux qui profitent des Intérêts notionnels, il y en a au Roeulx. Il y a les pollueurs mais qui ne sont pas payeurs. La dépollution du site des cimenteries de Thieu à coûté à la collectivité 1.367.058 € ( dont +/-51/52% des contribuables  wallons et le solde des contribuables européens). Nous verrons à combien s’élèvera la facture pour le site de l’UCB à Ville-sur-Haine.

Et pourtant ces 2 sociétés existent et engrangent toujours des bénéfices…

 

De plus en plus indigné

 

VILLE DU ROEULX VS DROIT DE GREVE

Le juge de la cour d’appel rendra son verdict le jeudi 10 janvier quant à la recevabilité du recours en appel de la Ville du Roeulx contre le jugement de la 1ère instance. Il faut savoir en effet que la séance précédente avait été reportée, la commune n’ayant pas demandé l’accord de son conseil communal pour interjeter cet appel.

Si cet appel est jugé recevable le 10 janvier, on procèdera le 28 mars à 16 hrs aux plaidoiries concernant le fond de cette affaire.