Lorsque les mots perdent leur sens…..

Publié le par

 

Si les mots ont un sens, leur mauvaise utilisation peut nuire gravement à la démocratie. La manipulation du langage est une constante de tous les régimes totalitaires. Cela leur permet de changer le monde à leur avantage. Aucun mot n’est anodin, surtout utilisé par des spécialistes en communication. Il y a les classiques comme « la guerre propre » ou « la moto verte ». A l’internationale, lorsque l’armée américaine ou israélienne bombarde par exemple toute une population, il s’agit, d’une simple « incursion », ou une d’une « frappe préventive », les victimes civiles sont, elles, des « dommages collatéraux ». La résistance palestinienne ou irakienne est réduite au rang de « terrorisme », et la critique d’Israël devient un acte d’ « antisémitisme ». Mais cette nouvelle fraude des mots est utilisée quotidiennement pour nous façonner et nous faire accepter le système tel qu’il est.

Pour faire croire que dans une entreprise tout le monde est logé à la même enseigne, on ne parle plus de salariés mais de : «collaborateurs». Bien sûr parfois il arrive que l’on soit obligé de se séparer de ses collaborateurs, lorsque par exemple les actionnaires demandent plus de dividendes, pardon, lorsque que l’on veut consolider l’entreprise pour lui permettre d’affronter la concurrence. On licencie moins (bien), mais on restructure plus ! Les «restructurations» sont obligatoires pour faire face aux défis de notre temps : c’est à dire une meilleure exploitation des salariés. On se sépare donc d’une partie de ses collaborateurs, et pour ceux qui restent on négocie «la flexibilité», que l’on peut traduire par la mise à la disposition de l’employeur, ce que l’on appelait autrefois exploitation patronale. Bien sûr si une entreprise est obligé d’organiser un licenciement collectif, c’est pour le bien être des salariés, c’est pourquoi l’on parle de « plan de sauvegarde de l’emploi »!

Il faut aussi améliorer la «communication», c’est à dire intensifier la propagande du Medef via le gouvernement et les différents médias pour baisser «les charges patronales», autrefois dénommées cotisations sociales patronales. Faire comprendre aux salariés que leurs «acquis sociaux» doivent être supprimés pour faire face aux difficultés de l’entreprise et affronter la mondialisation. En clair pour rémunérer grassement les actionnaires avec des stocks options, des bonus et des parachutes dorés.

Répéter inlassablement que les caisses sont vides que «l’état providence» ne peut pas tout. Mais peut-être devrions nous plutôt parler d’état re-distributeur, ce qui sous-entend que s’il y a redistribution c’est qu’au départ il y a des inégalités. Et l’on retombe sur l’épineux problème du partage des richesses. Et comme la redistribution ne se fait que dans un sens, il faut en conclure que la providence ne se fait que pour une poignée de privilégiés proches du pouvoir, pour lesquels les caisses ne sont jamais vides !

Pour faire avancer le pays nos gouvernants parlent constamment de «réforme de l’état», que l’on peut traduire par destruction des services publics. Ceci dans le but de brader la santé, l’éducation, l’énergie … aux entreprises des amis choisis par le pouvoir. Ces entreprises auront des collaborateurs, et pour améliorer la rentabilité on effectuera des restructurations. La baisse des charges et la flexibilité ne suffisant pas, l’Etat providence, qui fonctionne très bien pour eux, viendra à leur secours, et le contribuable mettra la main à la poche. En bref, le public finance le privé, mais chut … il ne faut utiliser que le politiquement correct, aussi il est préférable de dire que ce sont les fonctionnaires qui coutent cher à l’état !

Il faut sortir le pays de «l’immobilisme», attention ne pas croire que l’on parle de ces familles qui sont aux affaires depuis des générations. Non, on parle de ces millions de travailleurs qui après de difficiles luttes ont réussi à améliorer leurs conditions. Cela n’a jamais plu à une droite revancharde. D’ailleurs attention, la police ne cogne pas sur les manifestants, elle intervient seulement de manière « musclé ». De même, les grévistes qui s’opposent aux « réformes » font preuve de « crispation », et tout le monde sait que la grève est une « prise d’otages », quant aux brèves séquestrations de patrons cela s’appelle des « violences », voire des « actes terroristes »… et bien sûr, la violence des licenciement est légitime car elle s’inscrit dans la loi voulu et voté par … le Medef, pour le bien de tous !

Après toutes ces réformes vous avez de grandes chances de vous retrouver au chômage, c’est à dire en «période d’inactivité». Et là vous risquez de culpabiliser car qui dit inactif dit un peu fainéant. Mais le bon côté de la chose, c’est que même si vous êtes au fond du trou, que vous devenez un déchet, sachez que maintenant avec le parler écologique on «valorise les déchets». Evidemment, certain « irréalistes » ou « irresponsables », vont vous dire qu’il existe des alternatives à l’orthodoxie économique ou politique, mais vous savez que ce n’est pas vrai et de vous-même vous les qualifierez de « bisounours », d’ »utopistes, ou alors de … gauchistes !

«Lorsque les mots perdent leurs sens, les gens perdent leur liberté»………CONFUCIUS

 

LE MEILLEUR DES MONDES

En 1932 l’écrivain britannique Aldous Huxley écrivait  dans son ouvrage resté célèbre   Le Meilleur des Mondes.  On s’y croirait ………….pour la majorité

 

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.

Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus élitiste.
Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations flattant toujours l’émotionnel et l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante d’empêcher l’esprit de penser.

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. »

A. Huxley, 1932

Ascenseurs du Canal historique du Centre

 Nous remercions un de nos fidèles lecteurs qui nous fait parvenir l’information suivante:
  L’ Administrateur du blog
Subject: Communiqué de presse du Ministre wallon Carlo DI ANTONIO – ASCENSEURS DU CANAL DU CENTRE HISTORIQUE : 38 MILLIONS€ INVESTIS DEPUIS 2002

Ministre des Travaux publics, de l’Agriculture,

de la Ruralité, de la Nature, de la Forêt et du Patrimoine

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Ascenseurs du Canal historique  du Centre:

38 millions€ investis depuis 2002


 

Ce vendredi, le Ministre wallon des Travaux publics Carlo DI ANTONIO a fait le point sur la situation des ascenseurs du Canal historique du Centre, en réponse à deux questions d’actualité au Parlement wallon.

 

Au niveau des investissements, Carlo DI ANTONIO a rappelé que 38 millions d’euros ont été investis depuis 2002 par la Wallonie dans les ascenseurs du Canal historique du Centre. La Wallonie mobilise également un budget annuel de 2 millions d’euros pour assurer les frais de fonctionnement de ce site, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Ces investissements témoignent de l’intérêt porté par la Région au Canal historique du Centre.

 

Suite à un rapport officiel de l’Administration des Voies hydrauliques datant de février 2014 et relevant des problèmes de sécurité et de vétusté, il a été décidé de réorganiser le travail des agents techniques des ascenseurs du Canal historique du Centre en attendant qu’une solution définitive soit dégagée afin de garantir leur sécurité. Protéger les vies humaines est la priorité du Ministre DI ANTONIO à travers cette décision !

 

Ainsi, les ascenseurs N° 1 à 3 sont maintenus en fonctionnement pour les opérations de maintenance et d’entretien du Canal.  Par contre, le Ministre DI ANTONIO a décidé de maintenir l’ascenseur N°4 en fonctionnement afin de garantir les activités touristiques sur le Canal du Centre historique.

 

Le Canal du Centre historique restera donc bien en fonctionnement durant la saison touristique qui a débuté ce 1er avril. Les touristes et bateaux de plaisance pourront accéder durant toute la saison à l’ascenseur N°4 et au port de plaisance. Pour rappel, ces structures servent uniquement aujourd’hui à la navigation de plaisance. Carlo DI ANTONIO a néanmoins pointé du doigt la gestion touristique qui est faite du Canal du Centre historique puisqu’aujourd’hui, ce site n’accueille que 25.000 visiteurs par an. En 2000, une convention a été signée avec la Province du Hainaut lui accordant l’exclusivité de l’accès au lieu.

 

Pour le Ministre DI ANTONIO, l’ensemble des forces vives concernées par la gestion et la mise en valeur du Canal du Centre Historique doivent unir leur force afin de trouver une issue structurellement viable à terme pour ce complexe touristique, patrimonial et technique unique.

 

En mars dernier, Carlo DI ANTONIO a réuni les acteurs concernés afin d’entamer la mise en place d’un programme de sauvegarde et de chercher ensemble les moyens financiers nécessaires  à cet effet. Pour Carlo DI ANTONIO, ce Plan devra nécessairement impliquer des moyens émanant du Tourisme et du Patrimoine. « Ce n’est pas aux voies navigables seules d’assumer cette responsabilité » a-t-il ajouté. Actuellement, l’Admis hydrauliques estime à 10 millions d’euros le montant à investir afin de rénover en profondeur les ascenseurs du Canal du Centre historique et en assurer un fonctionnement optimal.

 

Le Ministre Carlo DI ANTONIO plaidera donc pour une mobilisation du Gouvernement pour la défense de ce site, emblématique de la Wallonie. Il déposera le 24 avril prochain une note allant dans ce sens sur la table du Gouvernement.

 

Enfin, Carlo DI ANTONIO a confirmé qu’il n’y aucune conséquence dommageable à déplorer en ce qui concerne la biodiversité.

 

Sur le canal du centre historique, entre les ascenseurs 2 et 3, le bief est toujours à sec pour raisons d’entretien. Le Ministre DI ANTONIO a précisé que les poissons ont été évacués en temps utile, avec le support du Département de la Nature et des Forêts. Au niveau de la partie non naviguée, où des fuites avaient été observées à la fin de l’année 2013, les travaux de réparation sont encore en cours, et prendront encore 6 à 8 semaines. Les poissons ont été orientés vers le sas de l’ancienne écluse désaffectée de Ville-sur-Haine. Afin qu’ils puissent y rester le temps de la fin des travaux, un oxygénateur a été installé.

 

 

 

CONTACT PRESSE

Marie MINET

 

 

Activités culturelles du Club Achille Chavée

 

Le Club Achille Chavée,

34 rue Abelville à La Louvière

accueille du

21 février au 17 mars 2014

 

Les œuvres d’Arnold De Spiegeleer

Tableaux d’histoires, histoires de tableaux

 

Vernissage le 21 février à 19h00

 

Arnold est un militant politique et syndical qui combat les injustices sociales depuis de nombreuses années dans la région du Centre.

Il n’hésite jamais à prendre le plume pour illustrer des brochures sur des thèmes socio-économiques ou à relever le pinceau pour créer décors de théâtre ou des calicots à l’occasion de manifs en faveur des Sans-Papiers…

Arnold demeure un résistant vis-à-vis de cette société de consommation, du système  capitaliste… Il n’a rien perdu de sa colère, de ses révoltes !

Nous vous invitons à découvrir une autre facette de lui au travers de ses œuvres…

 

Visites sur rendez-vous via l’adresse mail club.achille.chavee@skynet.be ou nathalie.rozza@acjj.be