A PROPOS DE LA DEMISSION DE FURLAN

De nos lecteurs nous demandent notre avis à propos de la démission du Ministre Furlan, ayant dans ses attributions la tutelle des pouvoirs locaux.

Celle-ci ne nous fait ni chaud, ni froid, elle nous laisse totalement indifférents. Nous n’avons surtout pas à lui dire Merci, car il est bien plus proche de Benoit Friart que de nous. Combien de nos plaintes sont restées sans suiteSa compagne et secrétaire n’est-elle pas une ancienne rhodienne de la rue de la Station…  Ceci explique peut-être cela !!!!

Nous verrons avec le nouveau ministre …….

ET SI NOEL AVAIT LIEU MAINTENANT

Cela donnerait la « une » suivante dans tous les journaux :
Nouveau-né trouvé dans une étable, la police s’est rendue sur les lieux.
Un menuisier et une mineure (vraisemblablement la mère) sont mis en garde à vue.
Hier les autorités ont été interpellées par un citoyen visiblement tracassé. Une jeune famille s’était installée dans son étable….
Arrivant sur les lieux, la police a découvert un nouveau-né enveloppé dans des morceaux de tissu, et dormant dans une crèche.
Un homme, identifié plus tard, Joseph H., ( de Nazareth) essayait d’empêcher les autorités d’emmener l’enfant afin de le mettre en lieu sûr. Il était aidé par plusieurs bergers ainsi que de trois étrangers non identifiés.
Les trois étrangers, se présentant comme mages ont été arrêtés. Le ministère de l’Intérieur s’interroge sur l’origine de ces trois hommes. Le préfet a confirmé qu’ils n’avaient pas de papiers d’identité mais qu’ils avaient sur eux de l’or ainsi que des produits suspects.
Ils prétendent que Dieu leur a dit de ne pas répondre aux questions…..
Les produits suspects ont été envoyés au laboratoire afin d’être analysés.
Le lieu ou le nouveau-né se trouve actuellement n’a pas été communiqué.
Il semble d’ailleurs que ce cas soit délicat. Le service social nous a communiqué que le père est dans la cinquantaine et que la mère n’est certainement pas majeure. On vérifie pour le moment la relation entre les deux.
Marie se trouve pour l’instant à l’hôpital universitaire de Bethlehem pour des examens médicaux et psychiatriques.
Elle prétend être encore vierge et que le bébé vient de Dieu. Si son état mental le permet, elle sera mise en examen pour non-assistance à personne en danger.
Le responsable du service de psychiatrie pense que la vie d’un nouveau-né étant en danger, on doit considérer ces gens comme dangereux, même s’ils prétendent être investis par Dieu.
Il pense d’ailleurs que la consommation de drogues, probablement amenées par les trois étrangers, est pour beaucoup dans cette triste affaire. Il affirme quand même que tous pourront réintégrer le monde normal après un traitement adéquat.
Aux dernières nouvelles on apprend que les bergers présents sur les lieux affirment avoir vu un grand homme, tout de blanc vêtu, qui leur a ordonné de se rendre à l’étable, avant de s’envoler.
Afin de connaître leur taux d’alcoolémie et de drogues, des prises de sang leur ont été faites.
Histoire à suivre…

Quand Benoit Friart essaie encore de dissimuler………..

Nous reproduisons ici  le paragraphe paru dans la DH de ce jour, où Benoit Friart à nouveau essaie  de dissimuler la vérité.

A propos de l’intervention de notre conseiller Marcel Couteau sur la demande du groupe Alternative de faire les forages au moins jusqu’au niveau initial de la dalle, soit bien plus d’un mètre, Benoit Friart déclare à la presse que c’est du ressort d’Envirosoil.

COMPLETEMENT FAUX…….   Envirosoil travaille sur base d’un cahier de charges établit par la RCA, dont le bourgmestre et la quasi entièreté de son collège communal font partie…… Que veut-il encore cacher ????   Il aurait été si simple de suivre notre recommandation de forer jusqu’à bonne profondeur, pour enlever tous soupçons….Au lieu de cela, il s’incruste dans son déni, renforçant par la même occasion notre suspicion de fraude aux subsides.

Tant pis Monsieur Friart, mais nous continuons notre lutte pour la recherche de la vérité……

Cimenterie de Thieu L’ancien Bourgmestre Albert Tesain dévoile……..

La DH de ce jour publie une mise au point intéressante aux propos bien souvent colportés par la majorité actuelle.

Il a entièrement raison….L’intention de son ancienne majorité était de faire de ce site un endroit paisible pour les citoyens de Thieu.  Les projets immobiliers du Bourgmestre-brasseur, couplés avec ujn égo surdimensionné et qui sait peut-être aussi  » quelqu’ ambition personnelle familiale ! » en ont décidés tout autrement, avec les conséquences que nous connaissons.

 

Saga de la Cimenterie de Thieu….Suite……..et….

Depuis l’arrestation semaine dernière d’un comptable indélicat à l’ OWD  ( Office Wallon des Déchets), chaque jour nous apporte de nouvelles révélations sur le traitement des déchets.

Elles tombent à point bien nommé.

En effet, suite au dernier refus du Député-Bourgmestre Benoit Friart, pas plus tard que ce mercredi 3/03/2016, de nous autoriser ( Bombart, Couteau, Duval) à compulser les documents ayant trait à l’analyse de sol «  mal localisée » selon ses dires, et sous le faux prétexte qu’il n’y a rien dans ce dossier  qui de plus relève de l’IDEA !, le groupe Alternative a demandé l’inscription d’une interpellation à l’ordre du jour du prochain conseil communal de ce lundi 14 mars.

Nous espérons ainsi avoir peut-être des éclaircissements sur ce dossier épineux et pourri.

Ca y est !!!!!!

Ca y est, citoyens travailleurs, cette nuit à 23h 12, votre député-bourgmestre a voté votre droit de travailler jusque l’âge de 67 ans.

Justifiera-t-il son vote par le fait que l’on est heureux de travailler dans sa brasserie familiale ??????

 

JP Duval

A L’AGENDA DE BENOIT FRIART

 

Les députés entament aujourd’hui la discussion en séance pleinière du recul de l’âge de votre retraite à 67 ans.  Benoit Friart, député-bougmestre du Roeulx sera-t-il sensible à ces arguments contre ????? Autant il etait partisan du OUI quand il s’agit d’étrangler la Grèce ou ses concitoyens du Roeulx, autant il restera insensible au NON au diktat de l’Europe des riches

JP Duval

Reporter l’âge légal de la pension est une mauvaise réponse au défi qui se pose, estime Pascale Vielle, professeur de droit social à l’UCL. Injuste, qui plus est.

Demander aux gens de travailler davantage: en quoi est-ce une mauvaise réponse au problème de financement des pensions?
Déjà, il s’agit d’une mesure imposée par les « institutions » dans le cadre des programmes d’austérité. De nombreux pays européens ont suivi cette voie. Cela ne relève donc pas d’une réponse élaborée par le gouvernement belge afin de résoudre un problème belge, dont on aurait analysé les causes et pour lequel on aurait identifié des solutions. Il s’agit d’une mesure idéologique, que la Commission européenne demande à tous les états membres d’appliquer de manière uniforme.

Et en Belgique, cela pose quels problèmes?
C’est un souci en termes d’efficacité. Augmenter l’âge où les gens ont le droit de toucher une pension et la durée des carrières ne résout en rien le principal défi, qui est le financement des pensions et repose sur le rapport entre le nombre d’actifs et d’inactifs. Cela ne fait guère grimper le nombre de personnes actives sur le marché du travail. Pour cela, il faudrait s’attaquer à l’offre et à la demande. L’offre: il n’y a tout simplement pas assez d’emplois. On peut reculer l’âge de la pension à 100 ans si l’on veut, cela ne changera rien à ce constat. La demande: pour toutes sortes de raisons, les seniors quittent plus tôt le marché. Cela tient notamment aux conditions de travail: à un moment donné, une personne âgée fatigue, perd en productivité, coûte trop cher et finit donc par rester sur le carreau. Or le gouvernement ne travaille ni sur l’un ni sur l’autre.

« C’est un souci en termes d’efficacité et de justice sociale. »

PASCALE VIELLEPROFESSEUR DE DROIT SOCIAL (UCL)

C’est aussi une réforme injuste, dites-vous.
Oui, il y a un souci de justice sociale. Chaque fois que l’on hausse la durée de la carrière, on exclut un nombre de plus en plus important de travailleurs qui n’ont pas réuni les conditions pour afficher une carrière complète. Très peu de gens, au final, vont travailler durant 42 ans; il y a de plus en plus de carrières fragmentées. Cela pose une question de genre qui est choquante. Les personnes qui mènent le plus une carrière fragmentée, ce sont évidemment les femmes. Leur traitement était déjà problématique auparavant; à présent cela devient catastrophique. Car à cela s’ajoute le durcissement lié aux périodes assimilées. Quelque part, cela revient à remettre en cause la finalité même de la sécurité sociale. À savoir constituer un soutien adéquat au moment où vous vous retirez du marché du travail. Cela implique la garantie de bénéficier d’un niveau de vie acceptable. Or le « taux de remplacement » des pensions belges, à savoir le pourcentage de son ancien revenu que l’on perçoit une fois arrivé à la retraite, est très bas. Les pensions belges sont déjà parmi les moins élevées en Europe. Puisque de plus en plus de gens n’auront pas mené une carrière complète, cela va encore rabaisser les montants. Ce qui fait que l’on s’éloigne de plus en plus de la finalité d’une sécurité sociale.

S’agit-il d’un mal belge?
Il y a plusieurs types « d’État-providence ». Dans un modèle conservateur, comme en Belgique, il est très difficile de réformer la Sécu. Peut-être parce que les parties prenantes, comme les partenaires sociaux, ne sont pas d’accord pour travailler à un changement radical.

[Suivez Benoît Mathieu sur Twitter en cliquant ici]

Source: L’Echo

Lu pour Vous……

Et il n’y a pas qu’à l’échelon national que la Démocratie est bannie………A tous les échelons de notre pouvoir politique, le citoyen n’est plus qu’un  » point » sur un bulletin de vote.  La suite, ………..cela ne doit surtout plus nous regarder !!!!!…  Mais aujourd’hui, soutenons le peuple grec et son gouvernement Syriza qui  » ose demander l’avis de son peuple pour rejeter les propositions des financiers »  Et contrairement à ce que nos médias insinuent, ce référendum ne pose    sûrement pas la question de sortir oui ou non de la zone euro

JP Duval

 

« Jean-Claude Juncker avait été celui qui, dès l’arrivée au pouvoir de Syriza en Grèce, avait affirmé: «Dire que tout va changer parce qu’il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c’est prendre ses désirs pour des réalités (…) Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens …»
Pour lui comme pour beaucoup d’autres, une alternance politique n’a pas vocation a entraîner des changements. Les élections nationales servent surtout à occuper les citoyens, à les distraire, elles sont pure comédie. Et d’une certaine façon, Juncker a raison. L’Union européenne a été bâtie de telle sorte que la démocratie en soit bannie. Il suffit de se plonger un peu dans la mécanique, dans le droit de l’Union, dans le fonctionnement de l’euro, pour s’en apercevoir. »
Coralie Delaume

VOILA LA CONCEPTION DE LA VERITABLE DEMOCRATIE

Voilà ce que le néo-libéralisme veut empêcher….Que les gouvernements respectent la volonté du Peuple.  Et ce à tous les niveaux de pouvoir ( du communal à l’état)  Si nous ne nous réveillons pas maintenant,  il sera trop tard

ALLOCUTION DU PREMIER MINISTRE A. TSIPRAS AU PEUPLE GREC. LA CHOIX AU PEUPLE SOUVERAIN .#RÉFÉRENDUM

Publié le  par 

tsipras1435140842


Nous avons livré un combat dans des conditions d’asphyxie financière inouïes pour aboutir à un accord viable qui mènerait à terme le mandat que nous avons reçu du peuple. Or on nous a demandé d’appliquer les politiques mémorandaires comme l’avaient fait nos prédecesseurs. Après cinq mois de négociations, nos partenaires en sont venus à nous poser un ultimatum, ce qui contrevient aux principes de l’UE et sape la relance de la société et de l’économie grecque. Ces propositions violent absolument les acquis européens. Leur but est l’humiliation de tout un peuple, et elles manifestent avant tout l’obsession du FMI pour une politique d’extrême austérité. L’objectif aujourd’hui est de mettre fin à la crise grecque de la dette publique. Notre responsabilité dans l’affirmation de la démocratie et de la souveraineté nationale est historique en ce jour, et cette responsabilité nous oblige à répondre à l’ultimatum en nous fondant sur la volonté du peuple grec. J’ai proposé au conseil des ministres l’organisation d’un référendum, et cette proposition a été adoptée à l’unanimité.
La question qui sera posée au référendum dimanche prochain sera de savoir si nous acceptons ou rejetons la proposition des institutions européennes. Je demanderai une prolongation du programme de quelques jours afin que le peuple grec prenne sa décision.

Je vous invite à prendre cette décision souverainement et avec la fierté que nous enseigne l’histoire de la Grèce. La Grèce, qui a vu naître la démocratie, doit envoyer un message de démocratie retentissant. Je m’engage à en respecter le résultat quel qu’il soit. La Grèce est et restera une partie indissoluble de l’Europe. Mais une Europe sans démocratie est une Europe qui a perdu sa boussole. L’Europe est la maison commune de nos peuples, une maison qui n’a ni propriétaires ni locataires. La Grèce est une partie indissoluble de l’Europe, et je vous invite toutes et tous à prendre, dans un même élan national, les décisions qui concernent notre peuple.

Traduction:Vassiliki Papadaki